Tram, métro, école de Biotech, hydrogène, recyclage... Plan de relance en Wallonie : deux milliards d’euros de projets

Pour relancer l’économie européenne fortement touchée par l’épidémie de coronavirus, l’Europe a décidé d’injecter massivement des fonds pour soutenir des projets dans les 27 Etats membres, principalement des investissements tournés vers la modernisation de l’économie, la mobilité et la réduction des émissions de CO2, par exemple. 

L’enveloppe allouée à la Belgique est de 5,9 milliards d’euros, à se répartir entre Etat fédéral et entités fédérées. La part qui revient à la Wallonie se chiffre à 1,48 milliard d’euros. Du côté wallon, on s’est mis d’accord sur une liste de 24 projets. Pour tous les financer, il faudrait 1,975 milliard d’euros. Il y aura donc un écrémage à faire lors des discussions avec la Commission européenne, car il faudra trancher pour réduire les prétentions wallonnes à 1,48 milliard d’euros.

Vendredi, le gouvernement fédéral avait présenté ses projets d'investissements, au niveau fédéral, dans le cadre de ce plan de relance européen

Des projets tournés vers la mobilité et le transport plus propre

L’un des axes du plan de relance européen, c’est la mobilité. Il s’agit d’investir dans ce qui permettra une meilleure utilisation des différents modes de transport, principalement les alternatives à la route.

Ainsi, la Wallonie prévoit d’étendre le futur tram liégeois. Il est désormais prévu qu’il se prolonge jusqu’à Herstal, au nord et jusqu’à Seraing, au sud de la cité mosane. 105 millions d’euros sont prévus pour ce projet.

Charleroi ne sera pas en reste. 60 millions sont demandés à l’Europe pour rénover et étendre le métro de Charleroi. Il est notamment prévu une extension du réseau jusqu’au futur Grand hôpital de Charleroi.

30 millions seraient consacrés à un bus à "Haut niveau de service", sur la N51. Cet axe relie Mons au Borinage. Il s’agirait d’y implanter un bus rapide et écologique, en site propre qui serait une alternative pour les nombreux automobilistes qui empruntent la N51.

L’intermodalité figure aussi en bonne place dans les projets wallons. 60 millions d’euros sont prévus pour le projet Carex, à Liège, un projet déjà ancien qui bénéficierait ainsi d'un coup de boost.  Le Carex, Cargo Rail Express, situé en bout de piste de l'aéroport de Bierset, prévoit un raccordement aux lignes ferroviaires à grande vitesse vers Bruxelles et l'Allemagne. Il devrait être un point essentiel  d'une ligne de fret européenne à grande vitesse. 

En outre, des investissements sont aussi prévus pour améliorer le transport multimodal de marchandises ou pour installer des feux de circulation intelligents.

Miser sur l’innovation technologique

La Région Wallonne envisage de développer une filière wallonne de l’hydrogène. 160,2 millions d’euros seraient consacrés à la recherche, la production verte et diverses applications.

105 millions d’euros seraient consacrés à la création d’un hub d’innovation et de formation numérique et technologique. Baptisé "A6K E6K", c’est déjà un projet sur les rails sur le site de l’ancien tri postal de Charleroi, à proximité de la gare de Charleroi Sud. "A6K", pour Atelier 6000 est là pour rassembler des entreprises industrielles spécialisées dans l’ingénierie, des centres de recherche et de formation. "E6K", pour Ecole 6000, est un projet de centre de formation dédié aux métiers numériques. L’idée est de pouvoir répondre aux besoins des entreprises wallonnes en personnel formé aux technologies numériques.

Dans le cadre du Plan de relance européen, un autre projet wallon important prévoit de miser 127 millions d’euros au déploiement de l’économie circulaire. On entend ici mieux "recycler" des matériaux dans des secteurs prioritaires, notamment la métallurgie et la construction. On veut faire de la recherche et développement pour, par exemple, recycler les matériaux des avions.

Il est aussi prévu d’utiliser 30 millions d’euros à la création d’une école de biotechnologie et un hub "santé", car la Wallonie compte beaucoup d’entreprises dans le secteur des biotechnologies, alors qu’encore trop peu d’étudiants sont formés à ces matières dans les écoles.

105 millions d’euros pourraient aussi être utilisés dans le secteur de la biodiversité et pour l’adaptation aux changements climatiques.

Des projets tournés vers l’efficience énergétique

240 millions d’euros du plan de relance européen seraient destinés, en Wallonie, à la création de 1000 logements durables. Il s’agirait de logements "d’utilité publique" et de logements à destination des personnes vulnérables.

145 millions d’euros seraient consacrés à la rénovation énergétique des bâtiments publics locaux et des infrastructures sportives. Il est aussi prévu d’allouer des fonds à la rénovation énergétique des bâtiments privés.

La reconversion de friches industrielles serait aussi soutenue, à concurrence de 30 millions d’euros. L’industrie "bas-carbone" se verrait dotée d’une enveloppe de 50 millions d’euros.

2 images
© Tous droits réservés
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK