Traité budgétaire européen: ratification achevée en Belgique

Ultime vote positif exprimé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
Ultime vote positif exprimé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles - © Belga

Le Traité budgétaire européen a achevé samedi après-midi son parcours de ratification par les sept assemblées législatives du pays, avec un ultime vote positif exprimé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le texte a été unanimement appuyé par les groupes PS, cdH et l'opposition MR. Les écologistes ont eux aussi dit oui au Traité, à l'exception de Veronica Cremasco qui s'est abstenue et de Jean-Claude Defossé qui a voté contre.

Adopté en février 2012 par les dirigeants européens, le Traité budgétaire, aussi appelé Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), soumet les pays signataires à la "règle d'or", à savoir le retour à l'équilibre budgétaire.

Il leur impose également, sous peine de possibles sanctions, une réduction linéaire de la dette publique à 60% du PIB sur vingt ans.

Ses effets sont toutefois décriés depuis des mois par plusieurs voix à gauche ainsi que les syndicats, lesquels redoutent une pérennisation des politiques d'austérité en Europe aux dépens de la relance et des politiques sociales.

Ce vote positif exprimé samedi après-midi par le Parlement de la Fédération était le dernier attendu en Belgique, après les feux verts donnés vendredi par les assemblées parlementaires wallonne et bruxelloise.

La Chambre, le Sénat et les parlements flamand et germanophone l'avaient approuvé ces mois derniers.

Au fédéral, où ils siègent dans l'opposition, les écologistes avaient voté contre le TSCG. Dans les entités fédérées où ils sont au pouvoir, ils ont néanmoins pour la plupart approuvé le Traité.

Le parti vert a justifié ce changement d'attitude par la série de "balises" que l'Olivier a réussi à intégrer dans les modalités de transposition et d'application du Traité budgétaire en Belgique et ses entités.

Ces "balises", dont la portée réelle fait toutefois débat, stipulent notamment que les contraintes budgétaires posées par le TSCG devront faire l'objet d'une évaluation préalable, tenir compte du bon fonctionnement des services d'intérêt général et préserver les "objectifs sociaux et environnementaux" poursuivis par les entités.

"Un jour noir dans l'histoire de la construction européenne"

L'approbation du traité est "un jour noir dans l'histoire de la construction européenne", ont réagi les Jeunes socialistes samedi dans la foulée du vote exprimé par le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans un communiqué, les Jeunes socialistes évoquent un vote qui "laisse craindre le pire pour la sortie de cette crise qui frappe toute une génération : la génération de la crise" et estiment qu'il s'agit d'une "nouvelle victoire des idées libérales". Les Jeunes socialistes félicitent en outre les députés qui ont fait le choix de ne pas soutenir ce texte.

Belga

 

 

 

Cet ultime vote positif du Parlement de la Fédération vendredi ouvre la voie à présent à une ratification définitive du Traité budgétaire par la Belgique, dernier pays signataire qui ne l'avait encore fait.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK