Traité budgétaire européen: Ecolo attend des éclaircissements avant de décider

Alors que nos parlementaires européens s'étaient montrés critiques, nous avions interpellé le gouvernement fédéral pour lui signifier "tout le mal" que nous pensions du texte lorsqu'il était en préparation, a rappelé Emily Hoyos interrogée lundi. En février, nous avons renouvelé nos craintes et posé, en vain jusqu'ici, une série de questions au Premier ministre Elio Di Rupo, a-t-elle ajouté.

"Vouloir à tout prix l'équilibre budgétaire sans référence à la nécessité d'atteindre d'autres équilibres économiques, sociaux et environnementaux au risque d'entraîner une récession, nous le refusons", a souligné la coprésidente des Verts. "Les gouvernements auxquels nous participons ont des objectifs ambitieux, le retour à l'équilibre budgétaire à l'horizon 2015 mais en même temps le redéploiement économique", a-t-elle rappelé.

"Dès lors, des questions se posent. Comment interpréter ce Traité, quelque peu annonciateur de politiques d'austérité aveugle, sans porter atteinte aux équilibres socio-économiques et environnementaux, à la recherche, à l'emploi? ", s'interroge Emily Hoyos. Le ministre-président Rudy Demotte n'a toujours pas reçu de réponses aux questions que ses ministres avaient posées au fédéral, a-t-elle regretté, faisant observer que "même au fédéral, certains points de la déclaration gouvernementale semblent difficilement conciliables avec le Traité".

A ce stade, les Verts n'ont donc pas décidé. Le Traité devra être ratifié par l'ensemble des Parlements du pays, y compris par ceux des entités fédérées, où les Verts sont aux responsabilités. "Notre vote sera dicté par l'Europe que nous souhaitons voir avancer mais également par l'impact que pourrait avoir ce Traité. J'attends la réponse à nos questions", a conclu Emily Hoyos.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK