Tracts racistes et salut nazi au sein de la SNCB : la CGSP cheminot de Bruxelles s'inquiète

La Cgsp cheminot de Bruxelles tire la sonnette d’alarme. Elle dénonce des tracts racistes à l’encontre d’un conducteur de train, des propos d’extrême droite entre collègues, mais aussi des saluts nazis chez Sécurail au lendemain des élections du 26 mai.

La SNCB (a) réagit dans un communiqué au personnel, c’était le 14 juin dernier. La direction condamne toute forme de comportement raciste ou xénophobe sur les lieux de travail, elle assure qu’elle prendra les mesures nécessaires.

Interrogé, un délégué Cgsp  se dit inquiet. "Y’a des collègues qui se mettent sur des listes (Vlaams Belang, ndlr), c’est leur droit, mais qu’ils l’affichent sur leur lieu de travail, là cela pose problème. Depuis les élections, il y a des personnes qui se lâchent". Abdelmajid El Atrouss secrétaire permanent de la régionale de Bruxelles reste inquiet. "Depuis les élections certains osent exprimer leur tendance d’extrême droite, leur haine, leur méchanceté contre les personnes d’origine étrangère". Et de rapporter ce qu’un de leur délégué a vécu dans un local de Sécurail, à Bruxelles. "Au lendemain des élections, le 27 mai, il y a quelques personnes qui sont venues avec un salut nazi, et je ne vous dis pas quelle scission cela crée entre les agents".

"La SNCB a pris cela directement au sérieux", assure le délégué de la Cgsp interrogé plus haut, "tolérance zéro, il y a même eu un communiqué distribué à tout le personnel, par rapport à ces témoignages". Une enquête interne a été ouverte. La CGSP cheminot attend les résultats pour avoir une vue claire de ce qui s’est passé et voir quelles actions doivent être menées pour éviter cela dans le futur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK