Tous les médecins diplômés en 2019 recevront un numéro Inami, cela pourrait ne pas être le cas pour les années suivantes

Les francophones sont dès lors prévenus: si trop de candidats réussissent l'examen d'entrée, une sélection supplémentaire sera instaurée pour ceux qui réussiront en 2025
Les francophones sont dès lors prévenus: si trop de candidats réussissent l'examen d'entrée, une sélection supplémentaire sera instaurée pour ceux qui réussiront en 2025 - © Pixabay

Le Conseil des ministres a approuvé vendredi quatre projets d'arrêtés royaux concernant la planification des soins de santé, a annoncé la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. Y figure notamment la décision d'octroyer un numéro Inami à tous les médecins qui seront diplômés cette année.

Trois de ces projets d'arrêtés royaux ont été rédigés conformément aux avis de la Commission de planification rendus le 1er février dernier, a souligné Mme De Block dans un communiqué.


►►► À lire aussi : Il manque près de 190 médecins généralistes en Wallonie


Tout médecin diplômé en 2019 obtiendra un numéro Inami. Cela met fin à l'incertitude régnant surtout dans les rangs francophones. En effet, l'octroi d'un numéro Inami a été intimement lié à l'instauration d'une sélection dite efficace à l'entrée des études de médecine en Fédération Wallonie-Bruxelles. Et pour la ministre De Block, cela n'était pas le cas en 2018: plus de 1.100 candidats ont été déclarés lauréats pour moins de 600 attestations disponibles à la fin de leurs études. D'aucuns craignaient qu'en représailles, les diplômés de cette année n'obtiennent pas leur précieux sésame.

Les quotas de 2024 et 2025 établis

Le Conseil des ministres a également fixé le quota fédéral pour l'année 2025 pour les médecins à 1.145 numéros Inami, identique à celui de 2024. Pour les dentistes, le quota fédéral est fixé pour 2024 à 228.

Enfin, un quatrième projet d'arrêté royal concerne une "éventuelle instauration d'un contrôle supplémentaire qui pourrait entrer en vigueur en 2026 s'il s'avérait que l'examen d'entrée de 2020 permettrait à un nombre trop important de médecins d'entamer des études eu égard au quota fixé par la loi". Si tel est le cas, le projet d'arrêté royal serait alors à nouveau soumis à l'approbation du Conseil des ministres.

Les francophones sont dès lors prévenus: si trop de candidats réussissent l'examen d'entrée, une sélection supplémentaire sera instaurée. Même si le projet d'arrêté devra de nouveau être examiné par un futur gouvernement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK