Tous les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale vont devoir conclure un contrat avec leur CPAS

Tous les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale vont devoir conclure un contrat avec leur CPAS
Tous les bénéficiaires du revenu d'intégration sociale vont devoir conclure un contrat avec leur CPAS - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

A partir du 1er septembre, ce sera la règle. Pour Willy Borsus, ministre MR de l'Intégration sociale, l'objectif est d'offrir de nouveaux outils aux bénéficiaires du RIS pour favoriser leur intégration sociale et professionnelle. Il faut les soutenir, dit-il, dans leur parcours vers plus d'autonomie. Cela concerne 115 000 personnes en Belgique.

Ce système de contrat est déjà d'application pour les personnes de moins de 25 ans. Dès septembre, il s'étendra à tous. Il y aura des parcours d'insertion sociale qui passent par des cours de français ou la poursuite d'études... Des parcours d'insertion socio-professionnelle avec des formations, des mises à l'emploi, etc.

Eric Massin, le président PS du CPAS de Charleroi, trouve que sur le papier, c'est une bonne idée. Mais il se veut méfiant. Pour mettre tout cela en place, les CPAS auront besoin de moyens supplémentaires. Willy Borsus explique qu'il débloquera 70 millions. Eric Massin estime que c'est une aumône.

Il ne sait pas, dit-il, quand cette somme tombera, alors que dès maintenant les CPAS vont déjà devoir tout préparer. Cela ne couvrira jamais, rajoute Eric Massin, l'intégralité des frais.

Et puis, un autre problème se pose. Des bénéficiaires du RIS pourront être sanctionnés si le contrat conclu n'est pas respecté. Pour Eric Massin, si ces personnes, suite à leur sanction financière, expliquent être en état de besoin, les CPAS seront dans l'obligation de les aider financièrement mais sans l'aide du Fédéral.

Donc pour le président du CPAS de Charleroi, cette règle constitue un nouveau cas de transfert de charges du fédéral vers les CPAS, donc vers les villes et communes du pays qui ne se portent déjà pas très bien budgétairement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK