Toujours pas d'accord entre patrons et syndicats, paix sociale menacée

Michèle Sioen est la seule à s'être exprimée.
Michèle Sioen est la seule à s'être exprimée. - © BRUNO FAHY - BELGA

Patrons et syndicats se sont quittés mercredi soir vers 23h30 sans avoir réussi à trouver un accord. Ils reprendront leurs discussions ce jeudi à 17h. L'objectif est toujours de trouver un accord global sur l'ensemble des dossiers, salaires, enveloppe bien-être ou encore saut d'index. Les interlocuteurs sociaux ont rendez-vous vendredi matin avec le gouvernement fédéral pour présenter le résultat de leurs négociations. Le temps est donc compté.

Pas de résultat, mais patrons et syndicats tenteront une nouvelle fois de s'entendre ce jeudi en fin d'après midi.

Tous les dossiers restent difficiles, tout est lié.

L'esprit est bien de trouver d'ici vendredi un accord global, expliquait mercredi soir, très brièvement, la présidente du groupe des 10, Michèle Sioen, la seule à s'être exprimée.

La discrétion est donc totale sur le chemin qu'il reste à parcourir. On sait que le gros nœud de la négociation reste une éventuelle marge pour des augmentations de salaires. Les syndicats l'ont chiffrée à 0,74%. Mais ils réclament aussi l'abandon du saut d'index. Sur ce point les employeurs restent inflexibles, ce point figure dans l'accord de gouvernement, pas question d'en discuter. Et mercredi, le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, n'a pas dit autre chose à la Chambre. Le gouvernement n'y dérogera pas, et un projet de loi sera déposé aussi vite que possible, a-t-il ajouté.

La trêve sociale, elle, se fait de plus en plus précaire. Après la CNE c'est au tour de la FGTB liégeoise de déposer un préavis de grève générale, qui vient à échéance ce lundi.

 

Avec M.-P.Jeunehomme

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK