Thomas Cook/Neckermann: 75 collaborateurs seront licenciés en Belgique

La direction de Thomas Cook Belgique vient de s'adresser à la presse. Les questions étaient nombreuses, le patron de l’entreprise Jan Dekeyser a donc tenté de faire la clarté sur la situation. Voici les dernières informations :

-la direction annonce le licenciement de 75 collaborateurs. Ces travailleurs sont issus de deux entités du groupe pour lesquelles la direction dépose le bilan. Il s’agit de Thomas Cook Retail et Thomas Cook Belgium.

-les 86 agences Neckermaan et 5 agences Thomas Cook travel shop du pays continuent leurs activités avec les 501 membres du personnel qui y sont employés. Leurs emplois sont maintenus. Tous dépendent de la troisième entité du groupe Thomas Cook retail Belgium (responsable de la vente des produits et du marketing, des ressources humaines, des finances), celle qui évite aujourd’hui la faillite.

Pour maintenir cette activité, la direction de Thomas Cook Belgique va enclencher une procédure en réorganisation judiciaire. En résumé, si la justice l’accepte, la procédure en réorganisation judiciaire offre un sursis à l’entreprise d’au moins 6 mois afin qu’elle trouve des solutions et finalise ses plans de réorganisation.

Aujourd’hui Thomas Cook en Belgique n’a plus de lien avec le groupe anglais déclaré en faillite.

Les agences vendront les produits d’autres tour-opérateurs

Afin de poursuivre l’activité, la direction de Thomas Cook/Neckermann Belgique a entamé des discussions avec d’autres tour-opérateurs. Pour faire simple, Thomas Cook Belgique n’étant plus en mesure d’organiser les voyages, les agences du pays devraient donc bientôt vendre des voyages organisés par d’autres sociétés. D’après la direction, des offres de partenaires sont déjà sur la table et la vente de ces nouveaux produits pourrait déjà commencer ce mercredi.

Les salaires du mois de septembre seront bien payés

Parmi les autres annonces du jour, la direction a également rassuré les syndicats et travailleurs de l’entreprise sur le versement des salaires des travailleurs. Ceux-ci devaient être payés aujourd’hui mais le blocage des comptes en banque de l’entreprise laissait planer le doute. Finalement les salaires de septembre seront effectivement payés.

Plus tôt dans la journée, la direction a ainsi répondu aux questions des syndicats et ensuite des membres du personnel. Le syndicat libéral CGSLB avait appelé les travailleurs à fermer les agences du pays pour venir jusqu’au siège de la société. S’ils n’étaient pas très nombreux à avoir fait le déplacement, certains sont tout de même venus de Mons ou encore de Woluwé. Les personnes employées au siège même de la société étaient également bien présentes.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK