Thierry Bodson (FGTB): le gouvernement Demotte n'a aucune perspective

Thierry Bodson (FGTB): Le gouvernement Demotte n'a aucune perspective
Thierry Bodson (FGTB): Le gouvernement Demotte n'a aucune perspective - © Tous droits réservés

C’est Thierry Bodson qui était l’invité du Grand Oral La Première-Le Soir ce samedi en Radio. L’occasion, pour le patron de la FGTB Wallonne, d’un grand plaidoyer pour que la Wallonie prenne son avenir en main. Et de remettre clairement en cause la manière de travailler du gouvernement wallon.

"Je ne cesse de dire depuis six mois que l’on traîne, on perd du temps, c’est presque assassin pour la Région. Aujourd’hui, on travaille à l’envers au niveau du gouvernement wallon. On parle d’abord de tuyauterie institutionnelle au lieu de réfléchir à comment marier les compétences actuelles et celles qui vont arriver", se fâche le Secrétaire général de l'Interrégionale wallonne de la FGTB.

Wallonie : "On réinvente l’eau tiède"

Et Thierry Bodson se montre également dur sur le plan 2022 pour la Wallonie: "On paye des consultants chers et vilains pour nous dire des choses que l’on sait depuis plusieurs années… On réinvente l’eau tiède".  Pourtant, l’invité du Grand Oral parle d’une course contre la montre "nous devons réussir la sixième réforme de l’Etat! Si nous avons envie de donner un espoir au pays dans lequel nous vivons, réussir cette réforme est le meilleur message que l’on peut lancer".

Un état basé sur 4 région

Faudrait-il, pour avoir des régions plus efficaces, régionaliser l’enseignement ?  "Nous pensons que l’enseignement serait beaucoup mieux organisé du côté des régions. Nous pensons aussi qu’il faudrait un réseau unique d’enseignement officiel". Plus largement Thierry Bodson plaide pour un état basé sur quatre régions avec suppression de la Communauté française, alias la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Un Thierry Giet pas assez audible

Sur le rôle du Parti socialiste, dans cette période charnière pour le pays, le constat est clair. "Qu’on le veuille ou non si la 6ème réforme de l’état ne se réalise pas correctement, c’est le parti socialiste qui devra en payer les pots cassés". Aujourd’hui, la voix du PS ne serait-elle pas plus forte avec un vrai président élu? "La voix serait peut-être plus forte, mais ce n’est pas parce que l’on n'est pas élu que l’on ne peut pas avoir une expression sur certaines positions claires".  Pour Thierry Bodson, c’est davantage Thierry Giet qui devrait stratégiquement porter la voix du PS plus que Laurette Onkelinx en tant que vice-Première fédérale.

Carton jaune au fédéral

Quant au gouvernement fédéral justement, Thierry Bodson le met en garde. "J’adresse pour le moment un carton jaune, largement mérité, au gouvernement Di Rupo. Il y a des lignes rouges qui existent. (…) Si on touche à l’indexation des salaires ça réagira au quart de tour, au nord comme au sud et dans tous les secteurs"

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK