Théo Francken : "Un extrémiste comme Jürgen Conings n’a pas sa place dans l’armée"

"Je dénonce à 100% un extrémiste comme Jürgen Conings ; il n’a pas sa place dans la Défense belge, il doit être condamné par un juge, c’est clair". Théo Francken, député fédéral N-VA veut expliquer, sans relativiser : il faut commencer par "dénoncer quelqu’un qui veut faire des attentats, mais il est aussi un symbole antisystème" et il dit "comprendre". Comprendre sans aucunement excuser ou soutenir : "Il y a d’autres groupes politiques pour ça. Bien sûr que je condamne, comme démocrate tout acte ou menace terroriste".

Sur Facebook, le compte de Jürgen Conings et son principal groupe de soutien, "Tous unis derrière Jurgen", qui comprend une cinquantaine de milliers de membres ont été mis hors ligne. Que pense le député, invité de Thomas Gadisseux dans Matin Première, de ces sympathisants ?

Selon lui, il y a des nuances à apporter : "Je pense qu’il y a deux groupes : un noyau dur d’extrémistes d’extrême droite qui ne sont pas les bienvenus dans notre armée et il faut être vigilant. Et je pense qu’il y a aussi un groupe de gens qui considèrent que c’est un militaire qui a été fiché mais qui a défendu notre pays et nos valeurs et qui n’a pas été soutenu de manière correcte par la Défense.

Je crois que la plupart des gens pensent qu’il a commis des erreurs à cause du système. On doit essayer de nuancer et ce n’est pas facile. Mais dire que les 50.000 personnes qui le soutiennent sont des extrémistes, ça, ce n’est pas correct.

Des informations ne sont pas remontées : est-ce que c’est vrai ?

Le service de renseignements militaires a commis des erreurs dans cette affaire, a reconnu la Défense.

Des informations connues ne sont pas remontées. "Je me demande aussi, comme un journaliste flamand ce matin, est-ce que c’est vrai ? Parce que les listes de l’OCAM sont renvoyées vers les membres du Conseil de sécurité et la ministre de la Défense est membre du Conseil de sécurité. Alors est-ce vrai, comme elle dit qu’elle ne savait rien ? Je n’en suis pas sûr. Je veux clarifier ça".

Démission demandée ?

La ministre de la Défense PS, Ludivine Dedonder, répondra aux nombreuses questions des députés ce mercredi au parlement. La N-VA réclamera-t-elle sa démission ? "Je ne répéterai pas ce que le PS a fait avec Jan Jambon et moi ! Je vais rester calme. Il y a des enquêtes (une interne au sein de la Défense, une au comité R), je vais les lire, et s’il y a des responsabilités à mettre, je le ferai. Il y a actuellement quelqu’un de très dangereux qu’on ne trouve pas. Alors pas de panique, nous sommes des hommes et des femmes responsables, restons calmes".

Je veux savoir quelles instructions ont été données en matière de screening

28 militaires sous surveillance, 17 n’avaient déjà plus accès au dépôt des armes, 11 membres de la Défense écartés depuis l’éclatement de l’affaire. En réaction, Théo Francken a tenu des propos qui ont choqué, parlant de "chasse aux sorcières contre quiconque a l’esprit flamand ou critique la crise corona."

Le screening est-il vraiment pour le député une "chasse aux sorcières"?

"Je veux être clair : je veux savoir aujourd’hui quelles instructions la ministre de la Défense (ou son chef de cabinet) a donné aux services de renseignement militaire au sujet du screening. Quels sont les critères ? Si elle ne répond pas, je demanderai une audition du général. Car on doit rester nuancé. On ne peut pas dire parce qu’on a fait 3 likes à Bart de Wever, Théo Francken ou Tom Van Grieken qu’on est extrémiste, qu’on doit le mettre hors de la Défense ou le priver de permis de sécurité".

En revanche, poursuit le député, si quelqu’un veut offrir le gîte au fugitif, le soutient et fait l’apologie de la violence, il n’y a pas de doute, ce genre de personnes n’a pas sa place dans la Défense belge.

Moyens

L’armée sans moyens financiers, victime d’un désinvestissement, est-ce une réalité qui éclate avec cette affaire au grand jour ?

"Absolument ! Et j’aimerais qu’il y ait un grand débat sur la Défense belge et ce qu’on doit faire dans ce monde qui change très vite. Je pense qu’on doit augmenter les investissements dans la Défense. On l’a fait quand on était au gouvernement. Une affirmation contredite par la ministre actuelle qui dit hériter d’un chaos et d’un désinvestissement massif. "Elle est très agressive, elle dit que la N-VA attise la haine… Des mots très forts dans ce climat très polarisé".

Et Théo Francken de conclure en plaidant la nécessité de rester rationnel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK