Theo Francken (N-VA) dénonce les 14 millions d'euros supplémentaires demandés pour Fedasil

Theo Francken
Theo Francken - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le député fédéral Theo Francken (N-VA) s'est ému vendredi de l'inscription d'un crédit de 14 millions d'euros supplémentaires demandé par la ministre démissionnaire de l'Asile et de la Migration, Maggie De Block, en faveur de Fedasil, l'Agence fédérale pour l'accueil des demandeurs d'asile.

Cela revient à un budget de 411 millions d'euros, a calculé l'ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, qui s'exprimait sur Twitter et auprès de l'agence Belga.

La Chambre doit prochainement examiner un projet de loi fixant les douzièmes provisoires demandés par le gouvernement pour financer le fonctionnement de l'Etat fédéral jusqu'à la fin de l'année. L'échelon fédéral vit depuis la fin 2018 au rythme de ce mécanisme qui reporte en douze tranches le budget 2018 sur l'année 2019 et évite à l'Etat un "shutdown". La chute du gouvernement et la fin de la majorité suédoise, en décembre dernier, a en effet rendu impossible la confection d'un budget pour cette année.

M. Francken a dénoncé vendredi soir le fait que Mme De Block (Open Vld) ait, dans ce projet, demandé 14 millions d'euros supplémentaires pour Fedasil.

La loi fixant les douzièmes provisoires pour août, septembre et octobre a déjà accordé 40 millions d'euros supplémentaires, a-t-il souligné.

Selon M. Francken, Mme De Block devrait lancer de nouvelles campagnes de dissuasion à l'adresse des demandeurs d'asile.

L'ancien secrétaire d'Etat a par ailleurs une nouvelle fois plaidé en faveur de l'établissement de quotas de demandes d'asile auprès de l'Office des étrangers, une mesure qu'il avait prise avant qu'elle ne soit suspendue par le Conseil d'Etat.

Le projet de loi sur les douzièmes provisoires contient aussi des demandes de crédits supplémentaires pour la Défense afin d'effectuer des "petits travaux d'entretien nécessaires" pour les infrastructures militaires, a indiqué M. Francken.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK