Theo Francken: "La Belgique ne doit pas adhérer" au pacte des Nations unies

Theo Francken: "La Belgique ne doit pas adhérer" au pacte des Nations unies
Theo Francken: "La Belgique ne doit pas adhérer" au pacte des Nations unies - © Tous droits réservés

"La Belgique ne doit pas adhérer" au pacte des Nations unies sur les migrations, a encore insisté jeudi matin le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), à son arrivée à une réunion du Conseil européen des ministres. "Le pacte n'est peut-être pas contraignant, mais il n'est pas sans risque juridique", a déclaré le nationaliste flamand au micro de la VRT.

Alors que les Pays-Bas et d'autres pays européens ont joint une déclaration interprétative au pacte pour clarifier plusieurs points et apaiser les craintes de certains partis, Theo Francken a affiché son scepticisme pour une telle solution. "Je pense qu'ils ne s'en tireront pas avec une déclaration interprétative", a-t-il commenté.

Selon lui, ce type de document a démontré par le passé qu'il ne changeait pas grand-chose. Il prend l'exemple de la Convention de l'ONU sur les droits de l'Enfant signée en 1989. "Le gouvernement de l'époque avait alors formulé de nombreuses remarques. Une très forte note interprétative avait été ajoutée. Quelques années plus tard, force est de constater que le document est cité juridiquement dans les tribunaux contre l'État belge sur des sujets comme le rapatriement des familles, la politique de renvoi des familles. Que ce soit le médiateur, les avocats, les ONG... Et plus personne ne parle de la note interprétative. C'est comme si elle avait disparu...

Chute du gouvernement?

Interrogé sur la possibilité que la N-VA quitte le gouvernement si celui-ci approuvait le pacte à New York le 19 décembre prochain, Theo Francken a esquivé en répondant qu'il s'agissait avant tout à ses yeux d'une "question de souveraineté, de frontière, de légalité et de protection". "Ce sont des principes fondamentaux pour moi et mon parti", a ajouté le secrétaire d'État, avant de répéter que la Belgique ne devait pas soutenir le texte onusien.

Selon lui, son point de vue est très clair : "La Belgique doit se retirer du pacte, nous ne devons pas être liés à ce pacte. Nous ne devons pas en faire partie. Nous allons voir comment la situation va évoluer." Il assure que le vice-Premier ministre N-VA Jan Jambon et le Premier ministre Charles Michel continuent à discuter pour trouver une solution.

Direct d'Aurélie Fogli au parlement fédéral (JT 13h):

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK