Téléphonie: le SPF Finances abandonne Proximus, trop cher et trop lent

Elke Sleurs (N-VA), secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, le 10 juillet.
Elke Sleurs (N-VA), secrétaire d'Etat à la Politique scientifique, le 10 juillet. - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Le SPF Finances économisera un million d'euros par an en recourant, pour ses communications téléphoniques et internet, aux services du réseau Belnet, dépendant du la Politique scientifique fédérale, et non plus de l'opérateur public Proximus, a annoncé vendredi la secrétaire d'État chargée de ce département, Elke Sleurs.

Fondé en 1993, Belnet, un service d'État à gestion séparée au sein de la Politique scientifique fédérale, fournit une connexion internet haut débit et des services associés aux universités, aux hautes écoles et aux administrations.

Il est également chargé de l'exploitation du BNIX (plateforme centrale pour l'échange de trafic internet en Belgique), de la gestion et du suivi de FedMAN (le réseau des administrations fédérales) et du développement de CERT.be (l'équipe belge d'intervention d'urgence et de prévention en sécurité informatique).

Son propre réseau interne

Le réseau répond aujourd'hui aux besoins de 200 institutions représentant plus de 700 000 utilisateurs et gère 2 000 kilomètres de fibre optique.

Le SPF Finances dispose pour sa part de son propre réseau interne, qui relie les services centraux à Bruxelles avec des dizaines de bureaux locaux. Ce réseau est exploité par Proximus, mais Belnet prendra le relais en 2016, a expliqué Mme Sleurs (N-VA) dans un communiqué.

La signature du contrat est imminente, a-t-elle ajouté en précisant que l'économie se situerait à 20%, soit un million d'euros par an.

"La vitesse augmentera et le prix baissera", a assuré la secrétaire d'État.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK