Taxe sur les mâts éoliens: des communes qui ne sont pas "pionnières" pressent le pas

Taxe sur les mâts éoliens: des communes qui ne sont pas "pionnières" pressent le pas
Taxe sur les mâts éoliens: des communes qui ne sont pas "pionnières" pressent le pas - © Tous droits réservés

Certaines communes wallonnes pressent le pas pour adopter des taxes sur de futures éoliennes sur leur territoire, se montrant dubitatives sur le retour fiscal aux communes de la taxe de 8.000 euros décidée par le gouvernement wallon dans son dernier conclave.

C'est ainsi que Neufchâteau s'apprête ce mardi soir à approuver une taxe de 12.500 euros, selon son bourgmestre Dimitry Fourny (cdH), qui intervenait mardi en commission de l'Energie du parlement wallon au cours des débats budgétaires.

Le projet du gouvernement prévoit déjà que les communes touchent 12.500 euros par mât via la Wallonie. Cette mesure incitative est rentable du fait que cette taxe "mâts" touche aussi les mâts GSM.

Les communes reconnues comme "pionnières" en taxe éolienne (soit celles qui avaient déjà des taxes éoliennes au budget 2013 à l'annonce du mécanisme) et qui percevaient des taxes supérieures à 12.500 euros, toucheront en plus la différence entre les 12.500 euros et leur réel revenu constaté en 2013.

A titre d'exemple, une commune comme celle de Perwez est reconnue comme pionnière et perçoit des taxes allant de 12.500 à 17.500 euros selon la puissance de l'éolienne. Elle devrait la garder.

M. Fourny s'est inquiété du projet - "boiteux" selon lui - de rétrocession fiscale par la Région. Il n'en voit pas l'intérêt et met en avant l'autonomie communale. Sa commune se dépêchera en tout cas ce soir d'adopter une taxe à 12.500 euros par mât pour le projet qu'elle développe. Il s'interroge pour les communes qui n'ont pas de projet à l'heure actuelle.

Edmund Stoffels (PS) a soulevé quant à lui le cas des communes qui ont négocié un loyer, tandis que Jean-Luc Crucke (MR) s'est interrogé sur une taxe inscrite au budget alors qu'elle n'a encore fait l'objet d'aucun décret ni cavalier budgétaire.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK