Taxe kilométrique: les dépanneurs exonérés, les petits transporteurs insatisfaits

"Nous avons été au bout de ce que nous pouvions faire", a expliqué le ministre wallon du budget Christophe Lacroix.
2 images
"Nous avons été au bout de ce que nous pouvions faire", a expliqué le ministre wallon du budget Christophe Lacroix. - © BRUNO FAHY - BELGA

À l'issue du conseil des ministres, le gouvernement wallon a ajouté 15 mesures compensatoires en soutien aux petits transporteurs. Parmi ces mesures, les dépanneurs seront exonérés et une baisse des taxes communales est prévue pour les forains, les maraîchers, etc., a indiqué le ministre-président du Gouvernement wallon, Paul Magnette. Le représentant des transporteurs indépendants, Fabrice Ausloos, se dit quant à lui très déçu de ces mesures, "avec 4, 5 millions d'euros supplémentaires, on ne sait rien faire".

Peut-être des actions "plus ciblées"

"Je vais essayer de faire comprendre à mes confrères que depuis des années, on nous fait des promesses en l'air. Peut-être qu'ils repartiront déçus, peut-être qu'ils mèneront d'autres actions, je ne sais pas encore. En tout cas, s'il y en a, elles seront probablement plus ciblées", a déclaré Fabrice Ausloos.

Les petits transporteurs se disent contents pour leurs collègues dépanneurs et pour ceux qui bénéficieront des avantages de ces mesures, ceci dit, Fabrice Ausloos regrette que le gouvernement "se cache toujours derrière des excuses". "Une fois c'est l'Europe, une fois c'est la Flandre, et en attendant nous, d'ici 6 mois, on crèvera tous de faim", a-t-il déclaré.

Pour les transporteurs, le problème de ces mesures réside dans le fait que le plupart s'adressent aux camions de moins de 3,5 tonnes or, certains roulent avec des 3,5 tonnes, et n'obtiendront donc aucune aide de l'État.

"Au bout de ce que nous pouvions faire"

Du côté des ministres wallons, il s'agissait de la dernière négociation possible, pas question de refaire une troisième table de concertation. "Nous avons été au bout de ce que nous pouvions faire", a expliqué Christophe Lacroix.

"On a intensément négocié depuis des mois, on a pris beaucoup plus de mesures qu'en Flandre. On a mis 27 millions d'euros de mesures de compensation. On va beaucoup plus loin que ce qui est fait ailleurs maintenant, il y a des limites qui sont dans les textes européens et la concertation intra belge", a ajouté Paul Magnette.

Les deux parties sont néanmoins d'accord pour souligner que le principal problème réside ailleurs. "Le problème ce n'est pas la taxe kilométrique, mais surtout le dumping social" a indiqué le ministre-président.

Les négociations se sont néanmoins déroulées dans le calme et la sérénité.

Un rassemblement d'une soixantaine de petits transporteurs a été organisé à Namur sur la place du Grognon.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK