Tax shift: où en est le virage fiscal promis par le gouvernement Michel?

1,7 milliard à trouver d'ici 2016. Le Gouvernement fédéral sait désormais à quoi s'en tenir pour maintenir sa trajectoire budgétaire. Le comité de monitoring a envoyé ses calculs au Ministre du Budget hier soir. A cause de recettes fiscales en baisse, pour cette année, il va falloir trouver 978 millions en 2015 et 782 millions l'année prochaine. L'équipe de Charles Michel doit justement entamer son ajustement budgétaire ce week-end.

Mais le Fédéral doit aussi s'occuper de son tax shift.

Il est toujours question d'un accord sur ce virage fiscal qui passera par une baisse considérable du coût du travail avant les vacances parlementaires.

Mais le fruit semble être loin d'être mûr et au sein de la majorité.

Le CD&V est pressé, la N-VA l'est beaucoup moins

Au CD&V en tout cas, on le veut ce virage fiscal, et au plus vite.

"Le Premier Ministre a déclaré au sein de ce Parlement qu’il y aurait un tax shift en été. On a eu des promesses des partenaires sociaux que les mesures du tax shift doivent être en vigueur en 2015 et 2016. Ca veut dire qu’il faut voter des lois avant la fin de l’année. J’ai donc confiance qu’un tax shift aura lieu encore cette année" , insiste Servais Verherstraeten, chef du groupe à la Chambre.

Hendrik Vuye, le chef du groupe NV-A, est lui beaucoup, beaucoup moins pressé.

C’est une opération technique qui prendra plusieurs années et qui est particulièrement délicate aussi parce qu’il faut tenir compte des recettes de l’Etat.

Les grands principes, on pourrait donc les avoir ici avant les vacances parlementaires?

"Il y a une possibilité, mais je crois que ce qui compte c’est quand même le tax shift, la mesure en elle-même mais pas le timing. Le timing est secondaire en ce qui me concerne", indique l’élu nationaliste.

Et si c’était seulement dans quelques mois, ne serait-ce pas grave?

"Si c’est dans quelques mois, c’est également une bonne chose", poursuit le député N-VA. "Mais je suis convaincu que le Premier Ministre a bien souligné l’importance du tax shift".

Kris Peeters, le vice-Premier Ministre CD&V, ne cache pas, lui, une certaine impatience. "Le timing est aussi très clair : avant l’été. Il nous reste deux à trois semaines pour trouver une solution, pas seulement pour le budget 2015-2016, mais aussi pour le tax shift", estime-t-il.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK