Tarifs: les médecins refusent de négocier l'accord médico-mutualiste

La ministre veut interdire les supplémentsq d'honoraires en chambres à deux ou plusieurs lits, l'Absym est contre
La ministre veut interdire les supplémentsq d'honoraires en chambres à deux ou plusieurs lits, l'Absym est contre - © BELGA PHOTO HANDOUT THOMAS VERFAILLE

Le principal syndicat de médecins, l'Absym a décidé mercredi lors d'une réunion de son Conseil d'administration de ne pas participer à la réunion de la Commission médico-mutualiste de lundi prochain. Elle refuse par là d'entrer en négociation pour la conclusion du prochain accord tarifaire. Laurette Onkelinx le regrette.

L'Absym pointe du doigt la volonté de la ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx d'imposer le régime du tiers payant social, d'une part, et d'interdire, dans les hôpitaux, les suppléments d'honoraires dans les chambres à deux lits ou en chambres communes, d'autre part.

"Les médecins sont disposés à consentir des efforts financiers à l'instar de ce qui est actuellement demandé à tous les citoyens. Mais pas dans un contexte rigide de directives politiques populistes ou de mutuelles qui privilégient leurs propres intérêts financiers au détriment des intérêts des patients et qui imposent aux médecins des obligations administratives extravagantes", a indiqué l'Absym dans un communiqué.

"Tout comme ce fut le cas au cours de ces 48 dernières années, l'Absym est disposée à négocier mais plus dans le cadre d'un carcan légal qui n'a cure d'une véritable concertation paritaire et qui érige en modèle de normalité l'arbitraire à l'égard des dispensateurs de soins", a-t-elle averti.

Le projet de loi portant des dispositions diverses en matière d'accessibilité en santé est en discussion en Commission de la Chambre. Il a fait l'objet d'adaptations jugées insuffisantes par l'Absym. "Il est incompréhensible et inopportun, compte tenu du contexte budgétaire limité, d'étendre le régime du tiers payant (RTP) à quelque 2,2 millions de Belges, comme si ceux-ci vivaient tous dans une marginalité financière. En outre, il est prouvé que le RTP entraîne un surcroît de dépenses. L'ABSyM exige que le régime du tiers payant soit réservé à la population qui en a vraiment besoin", a indiqué son président, Marc Moens.

Par ailleurs, l'Absym déplore que la ministre ait "refusé" à plusieurs reprises d'examiner ses propositions d'exceptions concernant l'interdiction d'honoraires libres pour les patients admis en chambres à deux lits ou en chambres communes. "Jusqu'à présent, le MR est le seul parti du gouvernement à avoir répondu favorablement à la demande d'amendement du projet de loi formulée par l'Absym. Nous espérons qu'un débat parlementaire fair-play pourra avoir lieu sur ce sujet. Le texte de l'accord du gouvernement prévoyant cette interdiction n'exclut pas une modulation", fait observer le syndicat.

Une concertation est prévue au sein de la majorité. La Commission des Affaires sociales de la Chambre se réunit à nouveau mercredi prochain.

Dans un communiqué prenant "acte" de la décision de l'Absym, Laurette Onkelinx souligne l'importance de l'enjeu, rappelant que l'accord médico-mutualiste doit fixer les tarifs des prestations médicales pour 2013.

Selon la ministre, l'attitude de l'Absym "n'est pas le meilleur moyen de faire avancer une concertation". Laurette Onkelinx fait savoir qu'elle annoncera une "initiative" pour relancer le dialogue. Elle rencontrera dès lundi les différents partenaires de la médico-mut en compagnie de Jo De Cock, président de la Commission médico-mutualiste et administrateur-général de l'INAMI. Sur base de ces rencontres, la ministre de la Santé publique déposera une "proposition de compromis" lors d'une séance plénière de la médico-mut où elle espère que "chacun sera présent, dans l'intérêt de notre système de santé".

Cet accord permet également de négocier les "avantages" liés au conventionnement des médecins, rappelle-t-elle à l'adresse de l'Absym.

Autour de la table, l'Absym était censée prendre place aux côtés de l'autre syndicat de médecins, le Cartel (groupement du GBO, du SBMS/SBGS et de l'ASGB) ainsi que des mutualités.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK