Tabac: fumée blanche contre la pub ?

Tabac: fumée blanche contre la pub ?
Tabac: fumée blanche contre la pub ? - © Tous droits réservés

Vous avez l’impression que la publicité pour le tabac est révolue ? Si c’est le cas à proprement parler dans votre poste de télévision ou dans vos journaux par exemple, ça ne l’est pas partout. L’affichage de publicités dans les endroits où l’on vend du tabac et les présentoirs existent eux toujours bel et bien. C’est ce mardi que les débats débutent à la Chambre, en commission Santé pour supprimer les exceptions à la loi actuelle comme l’affichage de la marque sur la devanture ou à l’intérieur des lieux qui vendent du tabac. Le cdH, le CD & V et le sp.a ont déposé des propositions de loi pour supprimer totalement cela.

La Fondation contre le Cancer considère cette suppression comme une priorité. Selon elle, l’arrivée des paquets neutres datant du début de cette année pourrait accentuer l’affichage de marques dans les commerces où le tabac est vendu. "Nous craignons que les entreprises de l’industrie du tabac compensent cette interdiction de publicité en se tournant vers d’autres supports publicitaires, par exemple les affiches publicitaires dans les librairies. C’est pourquoi nous estimons cette loi si urgente ! Si on interdit l’utilisation des paquets de cigarettes comme supports publicitaires, il faut logiquement également interdire la publicité pour le tabac dans les librairies".

La Fondation contre le Cancer insiste aussi sur la nécessité que cette interdiction totale s’applique à tous les produits du tabac dont les nouveaux comme la cigarette électronique par exemple. "Nous voulons en effet éviter que les jeunes non-fumeurs se tournent vers ces produits". Elle plaide pour que ne se retrouve qu’à l’entrée des commerces une communication factuelle et neutre indiquant les produits vendus et leur prix.

Libraires inquiets

Les conséquences pour les librairies inquiètent déjà car ces affichages dans les commerces rapportent. Le secteur réclame donc des compensations pour ne pas trop souffrir des pertes financières que ces mesures engendreraient. Et ce même si Prodipresse et Perstablo, les organisations professionnelles des libraires et magasins de presse indépendants, déclarent vouloir s’inscrire pleinement dans la prévention sur le tabagisme.

Elles soutiennent donc l’interdiction de la publicité pour les produits traditionnels du tabac mais elles réclament de garder celle sur les produits liés aux nouvelles technologies comme la cigarette électronique par exemple. "De cette façon, nous avons la possibilité d’aider nos clients à effectuer la transition vers ces nouvelles technologies qui seraient moins nocives" déclarent Prodipresse et Perstablo dans un communiqué. Ces organisations réclament une mise en œuvre des mesures éventuelles à partir du 1er janvier 2022.

Reste à voir quelle sera l’issue des débats parlementaires et si ces propositions de lois trouveront une majorité.

Archives : Journal parlé du 16/05/2016

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK