Supérieur: une année d'étude coûte entre 7000 et 10 000 euros, selon la FEF

Corinne Martin, présidente de la FEF
Corinne Martin, présidente de la FEF - © RTBF

La réforme de l’enseignement supérieur mise en place par le ministre Jean-Claude Marcourt a notamment pour conséquence une "déconstruction de l’année d’étude, avec une perte de cohérence pédagogique dans le parcours de l’étudiant, et des complications administratives" regrette la présidence de la FEF (Fédération des Etudiants francophones) Corinne Martin, interrogée par la RTBF.

"On trouve très peu d’ambition dans la déclaration de politique communautaire : il n’y pas de moyens spécifiquement alloués à l’aide à la réussite, il n’y a pas de réel projet de coordination entre les établissements, aucune mesure concrète n’est mise en place pour aider l’étudiant à être mieux encadré" poursuit Corinne Martin.

"Un refinancement de l’enseignement supérieur est très, très nécessaire. Et pas seulement pour les universités, aussi pour les hautes écoles et les écoles supérieures des arts" selon la présidente de la FEF. Le ministre Marcourt veut revoir le financement du supérieur, a-t-il déclaré dans Matin Première. "J’attends de voir concrétiser ces promesses avant d’être contente" réagit Corinne Martin : "La réalité quotidienne de l’étudiant, ce sont les auditoires surpeuplés, ceux où il pleut, un manque criant de locaux d’étude, le manque de logements étudiants. Tous ces problèmes liés aux infrastructures découlent directement du manque de moyens et du système d’enveloppe fermée qui est en place depuis bien trop longtemps en Communauté française".

"Pour la FEF, la priorité c’est l’accessibilité. C’est-à-dire permettre à tout le monde de rentrer dans le supérieur, de payer ses études et d’y réussir. Les études coûtent entre 7000 et 10 000 euros pour une année, selon l’évaluation de la FEF". Le ministre Marcourt annonce que le minerval n’augmentera pas, mais qu’il sera indexé. Cela revient à une augmentation des frais selon la FEF, qui rappelle "ce droit acquis par les étudiants du gel du minerval, qui est une garantie d’accessibilité pour les études supérieures".

A.L. avec V. Barbier

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK