Chambre: Patrick Dewael évite le perchoir pour esquiver le Belang, aucun incident au final

C'est la rentrée à la Chambre des représentants : les 150 députés élus le 26 mai dernier sont invités à prêter serment, à "jurer d'observer la Constitution".

Habituellement, une séance plénière de ce type est sans surprise : c'est un rite de passage, une cérémonie symbolique d'importance, mais à la portée politique limitée. C'est le député le plus âgé qui préside la séance (Patrick Dewael, de l'Open VLD), assisté des deux élus les plus jeunes, en l’occurrence la socialiste Mélissa Hanus (née en octobre 1993) et le Vlaams Belang Dries Van Langenhove (mai 1993). Et la présence de ce dernier, aux côtés du président de séance, sur le perchoir, gêne un paquet de députés, essentiellement francophones. La jeune socialiste a annoncé ne pas vouloir accompagner le belanger à la tribune. La co-présidente d'Ecolo, Zakia Khattabi, demande, elle, instamment que l'élu VB ne soit pas sur le perchoir, sous peine de ne pas prêter serment ce jeudi. "Un choix personnel, individuel (...) Aucun calcul, pas de show juste la fidélité aux convictions qui fondent mon engagement politique. Je ne demande à personne de comprendre ou de valider, juste de respecter" écrit la Bruxelloise dans plusieurs messages sur Facebook. 

L'astuce de Patrick Dewael

Le président de la Chambre temporaire, Patrick Dewael, a dégoté un petit artifice pour ne pas devoir demander à Dries Van Langenhove de monter sur le perchoir : le libéral est resté à sa place. "C'est mon banc, mon siège, la seule place que l'électeur m'a attribué et ça vaut pour nous tous." Première volée d'applaudissements de la 55e législature belge fédérale.

La co-présidente d'Ecolo Zakia Khattabi n'a pas tardé à réagir, via Facebook.

 

La séance a été suspendue pendant une petite heure : après un tirage au sort, les députés doivent en effet "vérifier leurs pouvoirs." C'est-à-dire analyser les demandes de recours envoyées après les élections. Un rapport rédigé par les différentes commissions (il y en a 6, sur base territoriale) est adressé à la séance plénière qui vote, validant ainsi les résultats des élections. Oui, les parlementaires contrôlent eux-mêmes s'ils ont été correctement élus...

"Ik zweer de observer de grondwet"

La séance a repris vers 15h45. Après approbations des rapports, les députés et députées prêtent serment. A noter un très court incident : l'élue PTB à Bruxelles Maria Vindevoghel a voulu prêter serment en mélangeant le néerlandais et le français : "Ik zweer de observer de grondwet", le PTB étant un parti national. Le président Dewael a refusé ce serment. Raoul Hedebouw, avec le sourire, en rit : "allez, c'est une ville bilingue, elle a été élue par les flamands et francophones". Un député francophone non-identifié répond : "une ville bilingue, c'est respecter les deux langues." Maria Vindevoghel prête finalement serment d'abord en néerlandais (elle fait donc partie du groupe linguistique néerlandophone), en se trompant (elle dira "volgen" au lieu de "na te leven").

Pas d'incident avec Dries Van Langenhove

Après une sonnerie de téléphone intempestif signée Koen Geens, le Vlaams Belang Dries Van Langenhove a prêté serment, dans le calme, tout comme les 149 autres membres de la Chambre des représentants. La 55e législature est officiellement lancée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK