Allocations de chômage, Arco, 4e opérateur mobile: les détails de l'accord budgétaire

Suivez en direct la conférence de presse sur le budget fédéral
2 images
Suivez en direct la conférence de presse sur le budget fédéral - © Tous droits réservés

Le gouvernement réuni en comité restreint est parvenu à boucler un accord dans la nuit de lundi à mardi. "Agreement" a tweeté le Premier ministre Charles Michel un peu avant 1h. Une conférence de presse a été organisée ce matin pour détailler les mesures.

Comme annoncé, le gouvernement fédéral s'est accordé sur un "job's deal" - fort de 28 mesures et qui vise à créer 12.500 emplois dès l'an prochain- , l'arrivée d'un 4e opérateur télécom mobile sur le marché belge, ainsi que la privatisation partielle de Belfius et l'indemnisation des coopérateurs d'Arco. 

  • "Deal pour l'emploi"

Au niveau de l'emploi, "il y a plus d'une vingtaine de mesures qui ont une vraie capacité de modernisation du marché du travail et avec l'ambition d'avoir des effets perceptibles le plus rapidement possible", a annoncé Charles Michel.

Kris Peeters confirme bien sa volonté d'une réforme de la dégressivité des allocations de chômage. Avec "deux périodes": Des allocations plus élevées pour celui qui vient de perdre son emploi - les 6 premiers mois - puis qui baissent plus rapidement après cette période. 

"Le gros problème, ce sont les emplois vacants", a souligné le ministre de l'Emploi Kris Peeters. "Pour nous, le plus important est d'activer les chômeurs, les personnes en RCC (chômage avec complément d'entreprise) et les personnes qui ne sont pas actives et stimuler la formation en direction des métiers en pénurie", a-t-il précisé. Notamment, "nous sommes convaincus que dans le secteur de la santé, il y a des emplois non occupés." "130 000 emplois ne sont pas occupés", ajoute Charles Michel. 

Notons qu'un budget de mobilité sera instauré à partir du 1er octobre 2018 . "Avec le budget mobilité, nous encourageons les gens à opter pour le moyen de transport ou la combinaison de moyens de transport qui les conduit le plus rapidement au travail dans les conditions les plus respectueuses de l'environnement. Avec le budget, il est possible d’acquérir un vélo électrique, un abonnement de train, une voiture respectueuse de l’environnement, etc. Le choix libre revient à l’utilisateur. Si le budget mobilité n’a pas été entièrement dépensé, le solde restant sera payé en argent à la fin de l’année à titre de rémunération. En 2017, il y avait 425.000 voitures de société inscrites, mais ce n’est en pratique pas toujours le moyen le plus rapide de se rendre au travail. Le budget mobilité peut contribuer à réduire les embouteillages et à verdir la mobilité," explique Kris Peeters.

Retrouvez le document détaillant les différentes mesures du "Job's deal" à la fin de cet article.

 

  • 4e opérateur mobile

"Les prix des télécoms sont élevés en Belgique et l'utilisation des datas est l'un des plus bas d'Europe. La bonne meilleure façon d'encourager l'innovation et agir sur les prix est de stimuler la concurrence", a souligné de son côté, le ministre des Télécoms Alexander De Croo.

"Plus de concurrence peut mener à une chute des prix", affirme Alexander De Croo. Par ailleurs, si un quatrième opérateur télécom veut se lancer en Belgique, il pourra dans un premier temps utiliser les réseaux existants de Telenet, Proximus et Orange via un système de "roaming national", a confirmé mardi le cabinet du ministre des Télécommunications. 

En addition à cela, il y a aussi "les conditions de couverture qui vont évoluer de 98% à 99,8%", ajoute-t-il. "On parle aussi d'un débit de 3 à 6MB par seconde".

Selon Proximus, qui a réagi à cette annonce, cette décision va mettre l'emploi dans le secteur des télécoms sous pression. Lors de la conférence de presse, Alexander De Croo a réagi:"Je pense que c'est une réaction typique qu'on voit dans beaucoup de marché. Ils sont pas enthousiastes quand on voit qu'il y a un nouvel entrant. Je pense que les priorités pour une entreprise comme Proximus c'est de se préparer à ça et pas critiquer l'actionnaire majoritaire".

  • Indemnisation des coopérants d'Arco

Le gouvernement a trouvé un accord aussi sur l'introduction prochaine en Bourse de Belfius avec en contrepartie un dédommagement pour les milliers de coopérateurs Arco. L'indemnisation bénéficiera d'une enveloppe de 600 millions d'euros. Le paiement des indemnités sera effectué lorsque le gouvernement aura pris une décision définitive sur l'entrée en bourse (IPO) de Belfius. La banque traitera les demandes.

"Il ne s'agit pas d'indemniser des personnes morales, uniquement des personnes physiques", a précisé Charles Michel.  Pour cette raison, "nous pensons qu'un dialogue avec la Commission européenne est toujours utile mais qu'il n'y a pas ici le reproche qui a été fait dans le passé au sujet des aides d'Etat", a-t-il ajouté. 

  • Budget 2019

Le gouvernement accouche de la sorte du dernier budget de la législature. Il devait trouver 2,6 milliards d'euros pour y parvenir. Tant le Premier ministre que la ministre du Budget, Sophie Wilmès (MR), se sont montrés particulièrement discrets sur la façon dont la somme a été trouvée.

Il est question de corrections techniques, de lutte contre la fraude sociale et fiscale d'un meilleur recouvrement des frais de justice, etc. Le gouvernement attend également 500 millions d'euros l'an prochain de son "job's deal". Le montant ne tient pas compte des effets-retour, a assuré la ministre.

Le gouvernement a souligné le travail "d'assainissement budgétaire". "La démarche du gouvernement a été de diminuer la pression fiscale, diminuer les dépenses et travailler sur l'emploi", a affirmé Sophie Wilmès, ministre du Budget.

"On a toujours travaillé sur deux axes: le soutien au marché de l'emploi et la relance d'un côté et l'assainissement budgétaire de l'autre. L'exercice budgétaire 2019 répond de nouveau à la préoccupation de maintenir un équilibre entre les deux", a assuré la ministre du Budget.

Notons que le remplacement des F-16 ne fait en revanche pas partie de l'accord.  "On suit la procédure", a-t-on commenté. 

Commentaire de Didier Reynders sur le budget fédéral:

Les détails du "Job's deal"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK