Steven Vandeput confirme un risque d'actions de désinformation russes en Belgique: "On se prépare"

Steven Vandeput confirme un risque d'actions de désinformation russes en Belgique: "On se prépare"
Steven Vandeput confirme un risque d'actions de désinformation russes en Belgique: "On se prépare" - © Tous droits réservés

Le ministre de la Défense était interrogé à ce sujet ce mercredi matin en commission de la Défense à la Chambre. Le député CDH Georges Dallemagne, évoquant l'inquiétude des services de renseignements militaires au sujet de potentielles attaques informatiques russes en Belgique, a demandé au ministre si cette inquiétude était fondée. 

Le député a rappelé les précédents en la matière lors des élections Américaines, Françaises ou lors du réferendum pour le Brexit au Royaume-Uni. "Chaque fois, ces attaques visent à déstabiliser au maximum les démocraties occidentales et à y favoriser les partis les plus extrémistes."    

La réponse du ministre à la question du député CDH est on ne peut plus claire. Steven Vandeput a indiqué que le SGRS (renseignements militaires) avait déjà attiré l'attention sur un risque d'actions de désinformation de la Fédération Russe en Belgique. 

"Comme lors d'élections récentes dans des pays européens et non européens, on peut s'attendre à des tentatives directes ou indirectes d'influencer le cour des élections dans notre pays", a déclaré le ministre aux membre de la commission de la Défense.  

Le ministre de la Défense a précisé que la Belgique organise des réponses à ce type d'attaques. "On se prépare." Steven Vandeput a notamment parlé d'actions de communication "énergiques où les faits sont correctement cadrés et rapidement rendus publics par les autorités".
 

Ce mercredi matin dans Le Soir, le président du Comité R, chargé de contrôler les services de renseignements faisait également part de ses inquiétudes quant à une ingérence russe en Belgique. Guy Rapaille mentionnait aussi la manière inquiétante dont d'autres services secrets étrangers agissent en Belgique. 

Des moyens insuffisants pour les renseignements

Face à la réponse du ministre de la Défense, Georges Dallemagne s'est inquiété du manque de moyens alloués au services de renseignements civils et militaires. "On a effectivement ce niveau de lucidité et de diagnostiques. Mais on n'est pas prêt", explique le député CDH. 

Georges Dallemagne décrit des services de renseignements insuffisamment équipés pour affronter ce nouveau genre de menace. "Ils n'ont pas les ressources. Ils n'ont pas le niveau de coordination et de préparations nécessaire pour déjouer des attaque sournoises de manipulation de l'opinion." 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK