Steven Vanackere: la Belgique doit poursuivre sa politique de rigueur

Steven Vanackere
Steven Vanackere - © Archive RTBF

Le ministre des Finances Steven Vanackere déclare à la RTBF que la Belgique a plus besoin de compétitivité que de relance et que le gouvernement doit poursuivre sa politique de rigueur. Il n'est pas contre accorder un délai supplémentaire à la Grèce pour la mise en oeuvre de son plan de désendettement.

Après les élections de dimanche, la Grèce est en train de former un nouveau gouvernement. Cette nouvelle coalition demandera vraisemblablement de renégocier avec les autorités européennes le plan d’aide. Interrogé par Bertrand Henne, le ministre des Finances CD&V Steven Vanackere tient à rappeler que "dans le plan d’ajustement, il y a des réformes qui sont dans l’intérêt des Grecs" : meilleure perception de l’impôt ou réorganisation du marché en supprimant la mainmise des partis sur une administration bureaucratique. "Il faut exécuter sans délai ces réformes", dit le ministre.

Il ne se montre en revanche pas opposé à accorder un délai supplémentaire au désendettement du pays "si les plans devaient mener à ce que le pouvoir d’achat des Grecs deviendrait tellement faible que la croissance y perdrait. Mais il faut avant tout un gouvernement grec qui dise clairement et sincèrement qu’il souhaite rester dans l’eurozone, et qu’il est prêt à en tirer toutes les conséquences".

"L'Europe reste un projet prometteur"

Steven Vanackere est convaincu que la Grèce à encore sa place dans la zone euro, et cette conviction est moins basée sur le passé que sur ce qu’il attend dans l’avenir : "l’Europe peut rester un projet prometteur et qui investit dans l’avenir. Je crois dans la capacité des hommes et des femmes de changer leur destin".

Selon Steven Vanackere, si les taux d’intérêts espagnols sont si élevés, c’est parce que le gouvernement de Madrid n’a toujours pas officiellement commencé les démarches pour lancer le plan d’aide aux banques négocié la semaine passée. Il n’y a pas encore assez de clarté pour satisfaire les marchés, explique Steven Vanackere qui exprime son optimisme pour l’avenir.

Plus de compétitivité que de relance

Le vice-premier ministre CD&V indique aussi que la Belgique a besoin plus de croissance et de compétitivité que de relance, en tout cas pas si l’on comprend la relance comme une dépense d’argent public. Pour Steven Vanackere, la Belgique doit avant tout poursuivre la politique de rigueur qui a fait baisser les taux auxquels la Belgique emprunte sur les marchés.

La ministre de l’Intérieur demande 12 millions d’euros pour renforcer l’effectif policier. Steven Vanackere, prudent, insiste pour dire qu’il faudra alors trouver cet argent ailleurs dans le budget.

Faut-il interdire des groupes extrémistes tels que Sharia4Belgium ? Steven Vanackere exprime "la plus grande prudence quand il s’agit de limiter un droit qui est inscrit dans notre Constitution. On doit être capable dans ce pays de dire ce que l’on pense. Je crois qu’il faut lutter contre les extrémismes, mais il faut aussi bien choisir ses instruments".

A.L. avec B. Henne

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK