Stéphane Moreau reste le grand patron de Nethys mais son salaire sera rediscuté

Le Conseil d'Administration de Finanpart, qui chapeaute Nethys est à présent terminé. Il a désigné six nouveaux administrateurs pour la structure, mais Ecolo comme annoncé n'y a pas désigné le sien, suite au non-départ de Stéphane Moreau. A ce stade, le CEO de Nethys continuera en effet de diriger l'entreprise même si sa présence n'est plus souhaitée aux réunions du Conseil d'Administration.

Les nouvelles règles prévoient de plafonner le salaire des dirigeants de structures dérivées du public à 250 000 euros, une rémunération bien inférieure à celle actuellement perçue par Stéphane Moreau.

Le CA de Nethys pourrait être amené dans le futur à envisager son licenciement. Ce qui reviendrait pour la société à lui verser l'équivalent de deux ans de salaire ainsi qu'une prime supplémentaire, comme le prévoit son contrat. Près de 2 millions aux conditions actuelles...

Les nouveaux administrateurs, dits professionnels, ont été proposés par les partis politiques qui ont négocié sur le sujet (PS, MR, cdH et Ecolo). Il s'agit d'Olivier Servais (administrateur de société) et Bernard Jurion (professeur émérite d'économie politique à l'Université de Liège) pour le MR, de Marc Tinant (issu du secteur bancaire) pour le cdH ainsi que Jean-François Cats (membre du comité de nomination de la Banque Nationale et président de Flagey), Jacques Tison (ex-réviseur chez Publifin) et Charles Delloye (ex-directeur des Tôleries Delloye-Matthieu) pour le PS. Un CA qui se compose dès lors de neuf membres. Une place resterait cependant vacante, c'est-à-dire celle qui devait revenir à une personne proposée par Ecolo.

Mais c'est surtout cas de Stéphane Moreau qui a été discuté. Toute la journée, les différents partis se sont exprimés pour demander son départ.
Et il ressort de la réunion que le nouveau conseil d'administration propose que Stéphane Moreau ne siège en effet plus au Conseil d'Administration (il y est administrateur délégué)... mais continue à diriger la société en étant directeur général de Nethys.

"Ce qu'on a décidé, c'est d'analyser juridiquement s'il est possible que Stéphane Moreau ne soit plus administrateur mais directeur général, a expliqué Muriel Targnion (PS). La question des rémunérations doit aussi être examinée mais l'enjeu aujourd'hui, c'est l'emploi à Liège, ce n'est pas si on va virer Stéphane Moreau".

Au mois de juin, la ministre de pouvoirs locaux MR Valérie De Bue clamait haut et fort dans l'Echo que Stéphane Moreau devait partir. Ce mercredi, la ministre se montrait plus hésitante à ce sujet: "Je trouve que c’était un signal à donner, mais le gouvernement n’a pour l’instant pas la compétence pour faire partir Stéphane Moreau".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK