Stéphane Bleus, le "Madoff" belge condamné à quatre ans de prison avec sursis

Quatre ans de prison avec sursis pour ce qui excède la détention préventive. Une peine de travail pour Xavier Barnich, son associé. L’un et l’autre ont été reconnus coupable d’avoir détourné plusieurs millions d’euros appartenant aux clients qui leur ont fait confiance en plaçant leurs économies auprès de société d’investissement créées pour les arnaquer.

Pyramide de Ponzi, aucun investissement réalisé mais un théâtre d’ombres

Une vaste escroquerie de type "pyramide de Ponzi", où l’argent reçu des clients servait à faire fonctionner l’escroquerie en versant des intérêts fictifs car aucun investissement n’existait en réalité. Mais tout était fait pour créer illusion, siège social, train de vie, voitures de société… Le système a fonctionné tant qu’il y avait régulièrement de nouveaux investisseurs. Mais en 2014, tout s’est effondré à la faveur d’un client fortuné qui a réclamé d’un coup son argent. Ce système avait notamment été utilisé par l’homme d’affaires new-yorkais Bernard Madoff, considéré comme l’auteur de la plus grande escroquerie financière que le monde ait connu.

Manipulation à tous les étages

Stéphane Bleus lors de son interrogatoire d’audience a reconnu les faits, allant même jusqu’à remercier le tribunal de l’avoir sorti d’un cercle vicieux. Mais ses regrets n’ont pas été jusqu’à dire ce qu’il avait fait de l’argent détourné. Dans son jugement, le tribunal met en évidence le côté manipulateur de Stéphane Bleus qui a persévéré dans la délinquance financière durant de longues années.

Dès 2004, il était parvenu à créer un réseau important de clients dans le milieu de la bourgeoisie catholique et de l’aristocratie belges. Des six millions d’euros versés par les parties civiles, celles-ci ne reverront pas grand-chose. 534.000 euros de confiscation seront répartis au prorata des sommes investies.

Archives : Journal télévisé 01/03/2014

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK