Stéphane Bern: "Avec la Reine Mathilde, il y a plus de glamour qu'auparavant"

Stéphane Bern: "Avec la Reine Mathilde, il y a plus de glamour qu'auparavant"
Stéphane Bern: "Avec la Reine Mathilde, il y a plus de glamour qu'auparavant" - © LUDOVIC MARIN - AFP

Ce mercredi 15 novembre, jour de la saint Léopold, c'est la fête du Roi. La journée a été marquée ce matin par le traditionnel Te Deum au sein de la cathédrale Saints Michel et Gudule.

Stéphane Bern, le spécialiste franco-luxembourgeois des têtes couronnées, était l'invité de La Première pour évoquer le cas de la famille royale belge. L'occasion de détailler les personnalités du prince Laurent, de la reine Mathilde et, bien sûr, du roi Philippe.

Pour lui, cette famille royale est "le ciment de la nation belge". "J'ai le sentiment parfois que sans la famille royale, la Belgique aurait plus de mal à coexister. La famille royale est le ciment de la nation et le symbole de son histoire. C'est important quand on est dans un pays démocratique, moderne comme la Belgique, d'avoir un élément qui vous ramène à l'histoire, au passé et vous permet de sentir qu'il y a une continuité", poursuit celui qui s'est récemment vu confier une mission sur la conservation du patrimoine français par Emmanuel Macron.

Interrogé sur la personnalité du prince Laurent, Stéphane Bern y va de son analyse : "Je mets au défi n'importe quelle famille du pays de pouvoir dire qu'il n'y a pas un enfant qui rue dans les brancards, un cousin un peu grincheux ou qui fait de temps en temps des écarts de conduite."

Et d'ajouter que les membres de la famille royale sont soumis en permanence aux feux des projecteurs. Ils sont "comme des poissons rouges dans un aquarium. On peut [les] voir de tous les côtés".

Au temps du roi Baudouin et de la reine Fabiola, ça manquait singulièrement de glamour

L'observateur des têtes couronnées européennes note au passage une différence entre aujourd'hui et la Belgique du roi Baudouin. "Pendant longtemps, au temps du roi Baudouin et de la reine Fabiola, ça manquait singulièrement de glamour. On disait que c'était un couple très studieux, très concentré. Il y avait un côté christique dans la manière de concevoir son rôle."

Mais les choses changent. Pour Stéphane Bern, la reine Mathilde est l'incarnation de ce glamour royal. "Elle est proche des gens, sur le terrain en permanence."

Quant à la figure du roi, "elle correspond au caractère belge. On est plus dans la simplicité, dans la bonhomie. On est un peu taiseux. C'est bien qu'un roi des Belges soit taiseux. Il a tout ce qui se passe dans les coulisses politiques où il ne faut pas découvrir la couronne. Il faut essayer de jouer les équilibres entre les communautés et les différents partis". En somme, estime Stéphane Bern, le caractère du roi Philippe "correspond bien à sa fonction".

Reportage au Te Deum, ce matin à Bruxelles-Ville (JT 13h)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK