Statut de salarié des accueillantes: la phase pilote va pouvoir débuter en 2018

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé ce mercredi les modalités pratiques qui permettront, dès 2018, l'octroi d'un statut complet à 400 premières accueillantes conventionnées par l'ONE, a indiqué le cabinet de la ministre francophone de l'Enfance, Alda Greoli (cdH), par voie de communiqué.

Pas de chômage, pas de congés, pas de pécule de vacances

Le secteur emploie 2617 travailleurs (selon les chiffres de l'ONE en 2015) et accueillent plus de 10.000 enfants, soit près d'un quart de l'ensemble des places disponibles pour les enfants en bas âge en Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais ces accueillantes ne jouissent aujourd'hui que d'un statut partiel, dépourvu notamment du droit aux allocations de chômage, aux congés payés ou à un quelconque pécule de vacances.

Leurs revenus mensuels peuvent en outre fortement fluctuer d'un mois à l'autre, car elles ne sont payées qu'en fonction du nombre d'enfants effectivement présents, un chiffre qui peut varier selon les jours de maladie des bambins qui leur sont confiés.

Sortir les accueillantes de la précarité

La majorité PS-cdH en Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé au cours de cette législature de faire sortir progressivement ces travailleuses de la précarité en leur garantissant un vrai statut, tout en dégageant des moyens financiers complémentaires.

Il s'agissait, ce mercredi, de valider la dernière étape avant le lancement du projet pilote à travers lequel 400 accueillantes conventionnées pourront passer au statut de salarié. Elles auront alors un revenu fixe, "même si les enfants sont absents". Elles seront payées comme les puéricultrices travaillant en crèche et bénéficieront d'un forfait pour couvrir les frais liées au travail à domicile.

Congés légaux, extra-légaux, congés payés, pécule de vacances et droit au chômage s'ajoutent également à ce statut complet pour les accueillantes.

Alda Greoli : "Une revendication depuis plus de 30 ans"

"Le statut des accueillants et accueillantes n’avait pas évolué depuis 2003, tandis que l’octroi d’un vrai statut de salarié est une revendication du secteur depuis plus de 30 ans, s'est félicitée la ministre centriste. Avec le gouvernement, l’ONE et les organisations représentatives présentes au sein de la Plateforme des accueillants-es, je suis très heureuse de pouvoir enfin sortir de l’incertitude celles et ceux qui embrassent une profession essentielle à l’équilibre de notre société."

"Grâce à la nature même de ce qui sera un véritable contrat de travail, ils et elles pourront désormais, par exemple, prétendre à des congés payés et compter sur un revenu stable. Cette stabilité accrue va renforcer l’attractivité d’une profession exigeante et  qui répond concrètement aux besoins et aux souhaits des parents."

Séances d'information

Un courrier sera adressé dès ce jeudi à l'ensemble des accueillants conventionnés de la Communauté française pour les inviter à une séance d'information.

Ces séances visent à les informer de l'appel à candidature pour le projet pilote et à les aider à remplir leur dossier de candidatures.

Elles sont organisées plusieurs samedis en janvier et février :

  • 13/01 : Charleroi
  • 20/01 : Bruxelles et Namur
  • 27/01 : Libramont
  • 03/02 : Tournai et Mons
  • 17/02 : Liège et Verviers
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK