Heysel: Bruxelles paiera 3 millions si le sol du parking C est pollué

La Ville de Bruxelles prendra à sa charge 30% du coût de la dépollution du sol, pour un montant maximum de trois millions d'euros, si celle-ci s'avère nécessaire dans le cadre de la construction du stade national sur le parking C, sur le plateau du Heysel, ressort-il du bail emphytéotique conclu entre la ville et le groupe de construction Ghelamco.

Lors de l'annonce de l'accord entre la Ville de Bruxelles, la Région bruxelloise, Ghelamco et le club d'Anderlecht en juin dernier, on avait appris que la Ville interviendrait chaque année à hauteur de quatre millions d'euros dans l'exploitation du stade.

En ce qui concerne le parking sous-terrain situé à côté du futur stade, la Ville et la Région avaient fait savoir qu'elles injecteraient chacune 40 millions d'euros dans sa construction.

Si le sol de l'actuel Parking C devait être pollué de manière importante, trois millions d'euros s'ajouteraient donc à la note. L'Agence flamande des déchets OVAM n'a pas connaissance d'une pollution du sol à cet endroit. C'est pourquoi aucune analyse n'a été requise dans un premier temps. Mais, étant donné que plus de 250 mètres cube de terre vont être déplacés -et dans ce cas-ci, ce seront quelque 1,2 million de mètres cube qui seront enlevés-, la réglementation en matière de terrassement est d'application, de façon à ce que d'éventuels déblais contaminés n'atterrissent pas dans un autre endroit.

Le Premier échevin Alain Courtois (MR) a, de son côté, indiqué que l'ASBL du Parc des Expositions avait, de sa propre initiative, fait procéder à des mesures dans le passé et qu'aucune pollution n'avait été mise au jour. Cette ASBL refuse cependant de rendre publics l'étendue et les résultats de celles-ci. "Pour un terrain de cette ampleur, une centaine de forages et d'analyses devrait avoir lieu", selon un spécialiste en la matière.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK