Sortie du nucléaire en Belgique: Elia craint que notre pays ne soit pas prêt à temps

Le débat sur la fermeture des centrales nucléaires pourrait être relancé en Belgique
Le débat sur la fermeture des centrales nucléaires pourrait être relancé en Belgique - © ERIC LALMAND - BELGA

La fédération des énergies renouvelables, EDORA, publie ce lundi les données annuelles d’installation éolienne en Wallonie: 45 mâts éoliens (totalisant 127 MW) ont été érigés en Wallonie en 2019, ce qui témoigne d’une reprise de l’installation éolienne sur le territoire wallon. Cette reprise pourrait cependant n’être que conjoncturelle, car le secteur est confronté à une profonde insécurité juridique et à une multiplication du nombre de contraintes à son développement.

Tous les yeux sont dès lors tournés vers le Gouvernement wallon qui s’est notamment engagé à "améliorer la sécurité juridique du secteur " et à " utiliser les technologies (éoliennes) les plus performantes " en Wallonie tout " en soutenant une adaptation de la Pax Eolienica " (Déclaration de Politique Régionale).

114 installations en 2019

A la demande d’EDORA, l’APERe a mis à jour les données annuelles d’installation éolienne en Wallonie. Elles font état de 45 nouveaux mâts en territoire wallon durant l’année 2019, ce qui correspond à 127 MW et porte la puissance totale du parc éolien wallon à 1036 MW, permettant de couvrir la consommation électrique annuelle de plus de 500.000 ménages.  A l’échelle de la Belgique, l’année 2019 a enregistré l’installation de 114 éoliennes (572 MW) pour porter le parc éolien belge à 3870 MW (capables de couvrir plus de 11% de la consommation électrique belge).


►►► Lire aussi: l'éolien wallon désormais aussi puissant qu'un réacteur nucléaire

Après sept années consécutives d’installations annuelles éoliennes en décrochage par rapport aux objectifs éoliens du Gouvernement wallon, la barre des 100 MW d’implantation éolienne annuelle wallonne a enfin été franchie en 2019. Avec près de 3000 MW de projets éoliens wallons dans les cartons, cette reprise pourrait perdurer, à la condition toutefois, de lever une série de contraintes auxquelles le secteur éolien est actuellement confronté. 

Une insécurité juridique persistante

Le secteur éolien fait en effet face à une insécurité juridique persistante, qui pénalise fortement la Région comme l’indiquent les quelques 315 MW de permis éoliens octroyés actuellement bloqués plusieurs années au niveau du Conseil d’Etat par une poignée d’opposants à l’éolien. L’analyse de l’issue de ces recours indique que près de 75% de ces permis sont annulés sur base de manquements réglementaires ou dans la rédaction des permis avant d’être ré-instruits par la Région au prix d’un coût sociétal significatif.

Le nombre important de contraintes empêche également l’installation des meilleures technologies éoliennes disponibles. Installer des éoliennes de plus grandes tailles en Wallonie permettrait en effet de réduire le coût de production (et donc la hauteur du niveau de soutien) de l’électricité éolienne et le nombre d’éoliennes à installer pour une même production. 

Conformément aux engagements pris dans la Déclaration de Politique Régionale wallonne, EDORA attend que le Gouvernement s’attèle au plus vite à l'établissement d'un délai de rigueur de maximum 6 mois pour les recours en annulation au Conseil d'Etat, à faire évoluer les critères de distance aux zones d’habitat et à libérer l’interdiction d’installer des éoliennes dans certaines zones d’entraînement militaire. EDORA estime, en outre, essentiel que le Gouvernement lance un processus de " Pax Eolienica II " encadrant la levée de certaines autres contraintes à l’installation éolienne et objectivant les critères d’implantation (notamment environnementaux), afin d’offrir de nouvelles perspectives au développement éolien et de rendre sa production plus compétitive. 


►►► Lire aussi: sortie du nucléaire en Belgique: Elia craint que notre pays ne soit pas prêt à temps

Afin d’honorer les nouveaux objectifs wallons en matière de réduction de gaz à effet de serre, à quelques années de la sortie programmée du nucléaire, le Gouvernement wallon dispose aujourd’hui des outils nécessaires pour relancer de manière structurelle tout un secteur et ainsi accélérer la transition énergétique wallonne. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK