Sophie Wilmès répond à la lettre ouverte de deux chirurgiens : "Nous travaillons sans relâche"

Sophie Wilmès répond à la lettre ouverte de deux chirurgiens : "Nous travaillons sans relâche"
Sophie Wilmès répond à la lettre ouverte de deux chirurgiens : "Nous travaillons sans relâche" - © POOL DAINA LE LARDIC - BELGA

La lettre ouverte date de ce dimanche et a été écrite par deux chirurgiens de l’hôpital Saint-Pierre. Les professeurs Didier De Cannière et Guy-Bernard Cadière y réclamaient notamment le dépistage systématique du coronavirus et critiquait le manque de masque auquel devait faire face le personnel médical..

Ce mardi, Sophie Wilmès a pris sa plume pour leur répondre dans une lettre de trois pages : "Si le temps manque cruellement en cette période difficile, comme vous, je tiens à prendre le temps d’écrire. Le temps de vous répondre sur ces questions centrales" écrit la Première ministre

Après avoir exprimé sa reconnaissance au personnel de santé, saluer celles et ceux qui font fonctionner le pays dans ces circonstances difficiles, comme les agents de police, hôtes de caisse ou encore chauffeurs de bus, Sophie Wilmes ajoute : " Certes, nous faisons face à une situation exceptionnelle à bien des égards ; de par son ampleur, sa gravité, sa soudaineté, son caractère inédit. Aucun pays ne peut aujourd’hui dire qu’il était totalement préparé à affronter un tel phénomène alors que la menace est mobile, furtive, insaisissable et simultanée aux quatre coins du globe. Ce n’est pas se défausser de sa responsabilité que de rappeler cette réalité objective. Et même doté de stratégies efficaces, certains paramètres sont par essence imprévisibles."

Sophie Wilmès explique mettre tout en œuvre pour gérer cette crise et notamment la protection des professionnels de la santé : " La question de l’approvisionnement et de la disponibilité des dispositifs médicaux est, de ce point de vue, cruciale. Elle s’est retrouvée au cœur du débat ces derniers jours à travers le dossier des masques, même si cette question ne peut pas être réduite à cet aspect-là […] Nous avons confié ce week-end la gestion et le réapprovisionnement des stocks au Ministre De Backer qui a reçu la tutelle de la task force mise en place par la Ministre De Block et dédiée à cet effet."

Les masques et les tests de dépistage arrivent

Sophie Wilmès évoque une tache titanesque, entre la gestion des stocks, les offres d’achats, l’organisation sur le terrain… Et assure de la mobilisation de chacun, quel que soit le niveau de pouvoir. "Au total, ces dix derniers jours, 11,5 millions masques chirurgicaux et 459.000 masques FFP2 ont été réceptionnés en Belgique. Les livraisons d’autres commandes en cours devraient permettre rapidement de grossir ces chiffres."

Sur les tests de dépistage, la Première explique : "La Belgique souhaite également être en mesure de développer le dépistage de manière massive. Comme vous le savez, le réactif nécessaire à cette pratique souffre également de pénurie sur le marché mondial. Cette situation est connue. Le RAG ainsi que la task force mentionnée précédemment étudient actuellement plusieurs pistes pour pallier la rareté du réactif. D’autres procédés sont également examinés. Nous avons de plus décidé en Conseil des Ministres, le 22 mars, de décupler notre capacité de testing en recourant aussi à des laboratoires externes publics (universités, instituts de recherche, etc.) comme privés (laboratoires pharmaceutiques, de biotechnologie, etc.), en complément des laboratoires existants".

Les entreprises bio pharmaceutiques et les chercheurs belges sont également sur le pont pour arriver à une solution : " Nous devons mettre en commun les talents et les capacités que compte notre pays. L’objectif est bien de pouvoir dépister et soigner un nombre de plus en plus important de personnes. Reste alors la question des financements. Comme vous le savez, un budget d’un milliard d’euros a été prévu pour faire face aux dépenses supplémentaires liées au Coronavirus. Celui-ci pourra être complété en cas de besoin."

Nous travaillons sans relâche

Pour tenter d’apaiser les doutes, Sophie Wilmès insiste : "Je vous l’assure. Nous travaillons sans relâche, avec un seul objectif : sauvegarder la santé de tous nos concitoyens, y compris du personnel médical."

Pour conclure, la Première ministre envoie un message d’unité : " C’est ensemble que nous arriverons à traverser cette épreuve. Face à l’urgence de la vie que vous connaissez si bien, c’est tout un pays qui se doit d’être vif, en alerte. Capable de s’adapter en conséquence. Nous nous y employons. Avec vous. Je vous en remercie."

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30