Sophie Wilmès, Première ministre : "Nous n'en sommes pas arrivés au stade du déconfinement"

Un Conseil national de sécurité se tenait ce mercredi 15 avril. Objectif : faire le point sur les mesures pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. A l’issue de cette réunion, le gouvernement fédéral a confirmé la décision de prolonger le confinement jusqu’au 3 mai. Certaines mesures sont assouplies, comme nous vous l’expliquons en détail dans cet article.

"Ce qui vous est demandé au quotidien est ardu", a reconnu Sophie Wilmès lors d’une conférence de presse qui a débuté à 17h45. Notre pays n’avait pas connu d’épreuve aussi grande depuis la Seconde Guerre mondiale. Pourtant nous en venons à bout petit à petit chaque jour."

"Il faut poursuivre les efforts"

Si le nombre d’hospitalisation diminue, il y a toujours beaucoup de patients en soins intensifs. Par ailleurs, "la situation dans les maisons de repos est extrêmement délicate. Les Régions et le fédéral font tout ce qu’ils peuvent pour résoudre cette situation d’urgence".

Dans ce contexte, "même si aujourd’hui tout laisse à penser que la progression du virus ralentit, cette crise n’est pas encore terminée. Il faut poursuivre les efforts".


►►► À lire aussi : Il sera conseillé, mais pas obligatoire, de porter un masque à l’avenir

►►► À lire aussi : Des décès dus au coronavirus "surévalués" dans les maisons de repos ?

►►► À lire aussi : Combien de cas de coronavirus détectés dans votre commune ? (carte interactive)


Les nouvelles mesures annoncées ce mercredi, dont la réouverture des pépinières et des magasins de bricolage, ne signifient pas pour autant la fin du confinement. "Il n’est pas impossible que certains y voient un assouplissement des consignes de bases. Il n’en est rien. Celles-ci restent inchangées jusqu’au 3 mai", insiste Sophie Wilmès.

Selon la Première ministre, "nous n’en sommes pas arrivés au stade du déconfinement". Il ne faudrait donc pas que les actions de quelques-uns viennent "pénaliser l’ensemble du pays".

"Ne nous décourageons pas"

Les forces de l’ordre continueront donc à verbaliser les infractions. S’il n’est par exemple pas interdit de se rendre au parc à conteneurs ou dans un parc, Sophie Wilmès fait appel au "civisme et au bon sens" des citoyens.

"Si vous voyez qu’il n’est pas possible de respecter les distances de sécurité, par exemple dans un parc, rebroussez chemin et revenez plus tard", affirme la Première ministre.

Car, "aujourd’hui, personne ne peut dire quand nous pourrons reprendre le cours normal de nos vies. Le chemin est encore long, semé d’embûches. Les perspectives de lendemains meilleurs sont à portée de main, ne nous décourageons pas".

Rendez-vous la semaine prochaine

Un nouveau conseil national de sécurité aura lieu la semaine prochaine pour "organiser de manière plus précise la prochaine étape, celle du déconfinement". Sur ce point, le fédéral compte "adapter la stratégie en fonction de la réalité du terrain […] Tout dépendra des résultats observés suite aux mesures que nous prendrons et surtout du respect de celles-ci."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK