Sophie Wilmès accepte de rester en place jusqu'au 1er octobre, le Parlement va devoir se prononcer

Sophie Wilmès accepte de rester en place jusqu'au 1er octobre
Sophie Wilmès accepte de rester en place jusqu'au 1er octobre - © Tous droits réservés

On s’y attendait, c’est désormais officiel : la première ministre Sophie Wilmès a annoncé lors d’un débat virtuel du MR qu’elle acceptait de rester à son poste jusqu’au 1er octobre.

Le 17 mars, la Première ministre avait pourtant déclaré devant un Parlement quasi vide qu’elle soumettrait le gouvernement à un vote de confiance 6 mois plus tard, soit le 17 septembre. Alors pourquoi a-t-elle décidé de reporter cette date de deux semaines ? "Le covid s’est invité à la table et a bouleversé le calendrier des négociations pour la formation d’un gouvernement fédéral. Il faudra donc s’adapter le temps de clôturer ces travaux", a annoncé Sophie Wilmès lors du Libre débat, une réunion virtuelle du MR pour marquer la rentrée politique.

Mercredi, il s’est avéré que le co-préformateur libéral Egbert Lachaert a été testé positif au coronavirus, ce qui empêche les présidents de parti de se réunir physiquement et ralentit l’avancée dans les négociations vers un gouvernement Vivaldi.

"Les présidents des partis concernés ont donc proposé au Roi et au gouvernement en place un nouveau scénario. Ils nous ont demandé de rester en place jusqu’au 1er octobre, les exigences liées à la gestion de crise nécessitant un gouvernement de plein exercice pendant cette nouvelle quinzaine", ajoute Sophie Wilmès.

Soutien du Parlement ?

La Première ministre accepte cette proposition, mais souhaite être couverte par le Parlement fédéral : "Attachée à la parole donnée, je reste à la disposition du Parlement qui décidera à une majorité de ses députés s’il partage cette volonté."


►►► À lire aussi : Après les votes, voici votre casting ministériel pour le futur gouvernement fédéral


L’échéance pour mettre sur pied un nouveau gouvernement fédéral est donc reportée au 1er octobre. Les présidents des partis libéraux, socialistes, écologistes et du CD&V continuent de négocier par vidéoconférences. Arriveront-ils à trouver un accord de gouvernement en moins de 20 jours ? Les paris sont lancés…

JT du 09/09/2020

L'agenda des négociations fédérales bouleversé par le Covid-19

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK