Sommes-nous prêts à faire face à un accident nucléaire ?

Sommes-nous prêts à faire face à un accident nucléaire ?
2 images
Sommes-nous prêts à faire face à un accident nucléaire ? - © THIERRY ROGE - BELGA

Alors que le débat fait rage sur la prolongation du nucléaire chez nous, les autorités fédérales ont communiqué le nouveau plan d’urgence nucléaire. Il reprend les mesures qui seront prises en cas d’accident.

Un aspect important de ce plan est la distribution de pilules d’iode à toute la population située dans une zone de 20 km autour des sites de Doel, Tihange, Mol-Dessel, Borssele et Chooz. Autour de l’installation de l’IRE à Fleurus, la zone s’étend jusqu’à 10km autour du site. Ces pilules sont destinées à prévenir les cancers de la thyroïde, fréquents en cas d’exposition aux radiations.

Il est également prévu que dans une zone de 100km autour de ces sites, soit pour l’ensemble du territoire belge, une pré-distribution de comprimés d’iode stable via toutes les pharmacies du pays à l’attention des groupes les plus sensibles de la population (pour les enfants, les femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’au sein des collectivités liées à l’enfance). Personne ne sera cependant exclu de cette démarche préparatoire. 

Ce plan est-il suffisant ? Permet-il de protéger efficacement la population en cas d’accident nucléaire ? Quel serait l’impact d’un accident nucléaire de type Tchernobyl ou Fukushima chez nous ? Le risque nucléaire est-il gérable par les autorités ?

Bertrand Henne reçoit autour de la table de "Débats Première" ce mercredi 7 mars dès 12h30 Juliette Bouletporte-parole de Greenpeace, Simon Coenenexpert en sûreté nucléaire à l'AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire) et Benoit Ramacker, porte-parole du Centre de crise.

Un débat à (re)voir ici:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK