Soliris: comment un lobby pharmaceutique peut manipuler une famille

La firme pharmaceutique Alexion aurait orienté en sa faveur la couverture médiatique des négociations concernant le remboursement du médicament Soliris
La firme pharmaceutique Alexion aurait orienté en sa faveur la couverture médiatique des négociations concernant le remboursement du médicament Soliris - © EPA

Le petit Viktor, soigné au Soliris, est apparu dans tous les médias cette semaine. Or, la firme pharmaceutique Alexion aurait elle-même orienté les projecteurs vers ce patient "médiagénique". Il s'agissait pour elle de faire pression sur les autorités belges, en pleines discussions sur le remboursement du médicament Soliris. Ce traitement coûte jusqu'à 500 000 euros par an par patient.

Les négociations menées par la ministre de la Santé publique, Laurette Onkelinx, ont été placées sous pression quand les parents du petit Viktor ont exposé leur situation dans les médias : leur fils a besoin du médicament pour survivre.

Or, selon De Standaard et Het Nieuwsblad, l'entreprise pharmaceutique aurait elle-même attiré l'attention sur le cas de Viktor, sans que ses parents n'en soient conscients. Il s'agirait donc d'une manipulation.

Un bureau de relations publiques aurait donc fait en sorte que les parents du petit Viktor, enfant atteint d'une maladie génétique rare (SHUa), apprennent la tenue de négociations.

Un étrange coup de fil

Le père de Viktor révèle effectivement que la décision de se tourner vers les médias a été prise après un coup de fil en provenance des Pays-Bas. Cet appel semble être imputable à la société pharmaceutique.

C'est un lobbyiste qui aurait mis le bureau de communication GPlus Europe en contact avec les parents. Ce bureau a été payé par Alexion afin de prendre des contacts pour l'entreprise.

Selon le Nieuwsblad, Laurette Onkelinx était au courant des pratiques de l'entreprise pharmaceutique.

Le médicament Soliris concerne une poignée de patients atteints du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa).

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK