Skeyes: les contrôleurs aériens allemands ont-ils pris le relais à Liège Airport ? Pas tout à fait

Les contrôleurs aériens allemands ont traité six vols par heure à Liege Airport dans la nuit de jeudi à vendredi, entre 1h30 et 4h30. Cette procédure a été instaurée afin de compenser l’interruption de service chez Skeyes. Elle se répétera dans les prochains jours en cas de besoin. Mais cela veut-il dire que des employés du service de contrôle des avions allemands ont été dépêchés chez nous pour « remplacer » les employés de Skeyes, l’opérateur belge de contrôle aérien, qui mènent des arrêts de travail ponctuels depuis plusieurs semaines ? Pas vraiment.

Concrètement, au-delà d’une certaine altitude, les vols en partance de l’aéroport de Liège sont sous la coupole du centre de contrôle de survol de Bruxelles. Or, en raison du mouvement d’arrêt de travail qui s’est déroulé entre jeudi et vendredi, le centre de contrôle bruxellois n’était pas opérationnel. C’est pourquoi une « procédure de contingence » a été mise en place avec les contrôleurs allemands.


►►► À lire aussi : Arrêts de travail chez Skeyes : « Une catastrophe économique » pour Liège Airport


C’est donc la zone de contrôle de la tour de Liège qui a été étendue afin que le pôle liégeois de Skeyes puisse assurer le contrôle aérien des avions en partance de Liège jusqu’à l’Allemagne. La procédure consistait en un accord entre Skeyes et l’opérateur allemand de contrôle aérien afin que nos voisins frontaliers prennent en charge six avions par heure.

Ce ne sont donc pas des contrôleurs allemands qui ont été dépêchés sur le sol belge afin d’assurer le contrôle du ciel belge. Cela n’aurait d’ailleurs pas été légal.

Réunion de crise à l'aéroport de Liège (JT 18/04/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK