Six ministres du nouveau gouvernement wallon ont omis de déclarer des mandats

La Cour des comptes a publié ce vendredi la liste des mandats, fonctions et professions exercés par les mandataires durant l'année 2016. Le site cumuleo.be en a donc profité pour mettre à jour ses données. Christophe Van Gheluwe, le créateur et administrateur du site, constate que le nombre de mandats non déclarés a diminué.

138 mandataires différents n'ont pas respecté leur obligation de dépôt auprès de la Cour des comptes. En tout, 125 listes de mandats (contre 195 en 2015) et 49 déclarations de patrimoine (contre 66 en 2015) manquent à l’appel.

Cumuleo.be pointe au passage 6 des 7 ministres actuels du gouvernement wallon (voir l'image ci-contre). Ils n'ont pas déclaré tous leurs mandats ces dernières années.

Ainsi, le ministre-président Willy Borsus (MR) n'a pas déclaré - ou pas jusqu'au bout - trois mandats, dont deux ont échu en 2013 et 2015, alors que le troisième, celui d'administrateur de l'asbl Gestion et Action Libérale (GAL), court depuis le 22 décembre 2009, indique Cumuleo, sans préciser si ces mandats sont ou ont été rémunérés.

Alda Greoli, la ministre de l'Action sociale, affiche elle sept mandats non déclarés. Selon son porte-parole, il s'agit pour l'essentiel de postes qu'elle a occupés lorsqu'elle a été secrétaire nationale des Mutualités Chrétiennes, sans rémunération et sans remboursement de frais, et dont elle a démissionné dès qu'elle a commencé à travailler pour le gouvernement wallon.

Chasse aux conflits d'intérêt

"Les déclarations de mandat ont pour objectif de lutter contre les conflits d'intérêts, détaille Christophe Van Gheluwe au micro de la RTBF. Le fait qu'un mandataire soit rémunéré pour un mandat ou non, c'est une information. Un conflit d'intérêt peut naître qu'un mandat soit rémunéré ou pas. Par exemple, si [un élu] utilise sa fonction politique pour octroyer des subsides à un organisme dans lequel il exerce un autre mandat, même s'il n'est pas rémunéré, il y a là une situation de conflit d'intérêt potentiel."

Les féerlandophones sont les plus nombreux à omettre de déclarer certains mandats. Ils sont 97 contre 41 francophones. La province qui enregistre le plus de mandataires en défaut est celle du Brabant flamand (33 mandataires en défaut) suivie par les autres provinces du pays :

Selon Christophe Van Gheluwe, les récents scandales ont donc permis davantage de transparence. Mais il souhaite passer à la vitesse supérieure avec le lancement du programme "MandatsLeaks". A partir de la semaine prochaine, chaque lundi, une série de mandats non déclarés sera publiée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir