Situation critique pour les réfugiés à Bruxelles: deux semaines d'attente

Les délais d'attente pour une convocation s'allongent et les structures de pré-accueil sont complètement saturées.
Les délais d'attente pour une convocation s'allongent et les structures de pré-accueil sont complètement saturées. - © THIERRY ROGE - BELGA

La situation des demandeurs d'asile à Bruxelles est de plus en plus critique. Le flux de ceux qui cherchent refuge chez nous ne baisse pas. Au contraire. Beaucoup de familles avec enfants, des personnes âgées aussi. Des enfants seuls, parfois très jeunes. L'Office des étrangers peut enregistrer les demandes d’asile de 250 personnes maximum par jour. Trop peu pour absorber toutes les demandes. L'arriéré se creuse. Les délais d'attente pour une convocation s'allongent. Les structures de pré-accueil sont complètement saturées. Et le niveau 4 de la menace terroriste à Bruxelles a encore ajouté des difficultés.

L'Office des étrangers ne délivre plus de convocations

L'office des étrangers, comme d'autres administrations, a gardé porte close ce lundi, un jour habituellement chargé après un we sans enregistrement de demandes d’asile. Il n'a ouvert ses portes que mardi. Mais toujours à cause de la menace terroriste, explique Dominique Ernould, porte-parole de l'Office des étrangers, un local n’est plus accessible, c’est là que les personnes convoquées étaient reçues. "Techniquement nous ne sommes plus en mesure de délivrer temporairement des convocations à cause du niveau 4 de la menace terroriste ".

"Depuis mardi, l’Office des étrangers ne délivre plus de tickets" s’inquiète Isabelle Capiaux, porte parole de la Plateforme Citoyenne. "Ce mercredi, 500 personnes attendaient devant les bureaux de l’ office des étrangers, que vont-elles devenir la nuit ? " Les délais d'attente s'allongent encore un peu plus. Dominique Ernould le reconnait. " Fin de la semaine dernière, les dates de convocations étaient reportées au 7 ou 8 décembre, il est clair qu’avec la masse de personnes qui arrivent encore chaque jour, ce délai risque de se prolonger encore de quelques jours certainement. " Ce n’est pourtant qu’une fois leur demande d’asile enregistrée que toutes ces personnes sont prises en charge dans des centres d’accueil Fedasil.

Plus de 2 semaines d'attente

Et ce sont désormais plus de 2 semaines d'attente pour enfin espérer pouvoir enregistrer une demande d'asile. Le nombre de personnes en attente ne cesse d'augmenter, ce qui inquiète les associations, et la plateforme citoyenne qui mettent toutes leurs forces pour leur venir en aide depuis des semaines.Tomas Thiels, coordinateur des opérations de Médecins sans Frontières pour la Belgique tente une explication " On est aujourd’hui à 2000-2500 personnes en attente. Il y a saturation au niveau du pré-accueil, il y a saturation aussi au niveau de l’accueil tout court. Donc c’est clair que l’Office des étrangers ne va pas enregistrer des personnes qui ne peuvent pas, le soir même, être placées dans des centres d’accueil. "

Places d'accueil WTC3 insuffisantes

Avec l'arrivée de l'hiver, toutes les associations se disent très inquiètes. Les structures de pré-accueil sont complètement saturées. Le WTC, géré par la Croix Rouge peut accueillir 1000 personnes. Il est complet depuis 3 semaines. Vendredi dernier, MSF a ouvert en urgence 100 places supplémentaires dans son centre de formation. Avec l’aide de la Plateforme Citoyenne, des familles d'accueil se mobilisent mais tout cela parait bien insuffisant. La situation ne peut pas durer, explique Tomas Thiels de MSF, tout le monde est au bout de ses forces ". "Je ne sais pas comment le gouvernement va gérer cette situation qui est catastrophique sur le plan humanitaire", enchaîne Isabelle Capiaux.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK