Signal, Telegram, Olvid...Pas à l’aise avec la mise à jour de WhatsApp ? Quelles sont les alternatives ?

Les nouvelles conditions d’utilisation de l’application WhatsApp suscitent la controverse car elles autorisent un plus grand partage de données avec Facebook. Pour ceux qui, à la recherche de plus de sécurité et de confidentialité pour leurs discussions privées, décideraient de tourner le dos à l’application de messagerie, il existe des alternatives. Toutes ont des avantages et des inconvénients.

Signal : fondée par un ancien de WhatsApp

8 images
© Tous droits réservés

Signal est une application gratuite. Elle est disponible pour Android et iOS. Elle permet de communiquer via appels vocaux et vidéo. Elle permet aussi l’envoi de messages. La communication est chiffrée et sécurisée. L’objectif est d’assurer un maximum de confidentialité à ses utilisateurs. Signal garantit de ne pouvoir ni lire les messages, ni écouter les appels des utilisateurs. Il n’y a aucune publicité.

C’est une entreprise américaine, Signal Messenger, qui l’a développée grâce au financement d’une fondation, la Signal Foundation, une organisation à but non lucratif. Le patron de Signal, Brian Acton, est l’un des cofondateurs de WhatsApp, entreprise qu’il a quittée en 2017.

Les garanties de confidentialité offertes par Signal ont été mises en avant par le lanceur d’Alerte Edward Snowden qui est un utilisateur de l’application. Application sécurisée et centrée sur la protection de la vie privée, Signal est aussi l’application que la Commission européenne recommande à son personnel pour les communications externes.

"Signal rencontre un certain succès. On a des certitudes que l’ensemble des données soient chiffrées", explique Olivier Bogaert, expert à la Computer Crime Unit.

Pour utiliser Signal, une inscription à l’aide d’un numéro de mobile est nécessaire. On peut par ailleurs utiliser la messagerie sur Windows et macOS après avoir scanné un QR Code, comme le propose WhatsApp.

Olvid : française et plus institutionnelle

8 images
© Tous droits réservés

Il s’agit d’une application française. Elle pourrait séduire les utilisateurs à la recherche d’un haut niveau de sécurité. L’application est d’ailleurs utilisée pour cette raison dans certains milieux professionnels. "Il n’y a aucune donnée personnelle à encoder", explique Olivier Bogaert, expert à la Computer Crime Unit. L’application peut être utilisée sans avoir à saisir un numéro de téléphone, ni aucune autre donnée personnelle. "Quand on se lie à un contact, on scanne mutuellement un code QR sur le téléphone et automatiquement, le lien est établi entre les deux personnes. C’est un système plus sécurisé et qui n’est pas susceptible d’entraîner une collecte d’informations", explique Olivier Bogaert. Il est possible de créer des discussions individuelles et de groupe, et partager des médias, sans limite de taille. L’application Olvid est disponible gratuitement sur Android et iOS. Seuls les appels cryptés sont payants. Olvid propose aussi une offre adaptée aux entreprises qui souhaitent sécuriser davantage leurs communications

Telegram : origines russes

8 images
© 2017 Getty Images

L’application Telegram constitue une autre alternative à WhatsApp. Elle se présente comme une application de messagerie sécurisée et rapide. Elle compte plus de 500 millions d’utilisateurs.

L’application a été lancée en 2013 par les frères Dourov, des opposants à Vladimir Poutine. Ils ont misé sur la sécurité des utilisateurs et de leurs données personnelles. Tous les messages sont chiffrés. Une fonction permet d’envoyer des messages qui s’autodétruisent. Il est aussi possible de créer des discussions secrètes. Les fonctionnalités (appels audio, vidéo et échanges de fichiers) sont similaires à celles proposées par d’autres applications de messagerie.

A la différence d’autres applications, Telegram propose aussi des forums de discussion en ligne où les conversations sont publiques.

L’application Telegram est gratuite, disponible sur Android et iOS. Elle ne contient aucune publicité.

Wire : devenue américaine après avoir été créée en Suisse

8 images
© Tous droits réservés

Cette application est moins connue que les précédentes. Elle a été créée en Suisse, mais est devenue américaine en 2019.

Disponible gratuitement sur Android et iOS, elle propose aussi un service sécurisé de messagerie privée. Les messages, les appels et les partages de médias sont chiffrés de bout en bout. Il n’y a pas de publicités.

L’application nécessite un numéro de téléphone ou une adresse e-mail pour s’inscrire.

Viber : moins connue en Europe

8 images
© Tous droits réservés

Cette application a été développée en 2010 par la société israélienne Viber Media. Elle a été rachetée en 2014 par le groupe japonais Rakuten et s’appelle désormais Rakuten Viber.

Viber se présente comme une application de messagerie facile à prendre en main. Elle offre un chiffrement de bout en bout. Elle compte plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs dans le monde, surtout à l’Est. En revanche, en Europe, elle compte moins d’utilisateurs.

En juillet 2020, son PDG, Djamel Agaoua a annoncé une rupture de tous liens commerciaux avec le réseau Facebook et la suspension de tout investissement publicitaire sur la plateforme américaine.

 

Skred : l’application d’un groupe de média français

8 images
© Tous droits réservés

Il s’agit ici d’une application qui appartenant au groupe Skyrock. Elle se présente comme une application qui dispose d’un chiffrement de bout en bout intégral, approuvé par l’ANSSI, qui ne nécessite aucun numéro de téléphone, et qui peut être utilisé en WiFi, sans carte SIM. Elle permet de communiquer par message écrit, par audio ou vidéo. L’application est disponible sur Android et iOS.

Threema : suisse et payante

8 images
© Tous droits réservés

Plus confidentielle chez nous, cette application est très utilisée en Allemagne, Autriche et Suisse. Elle dit assurer une sécurité et confidentialité des données, à travers un cryptage de bout en bout et un accès au service ne nécessitant pas de numéro de téléphone ou d’adresse e-mail. C’est une application suisse qui est disponible en langue française sur Android et iOS. Elle est payante (3,99€) Une version Threema Work existe et est destinée aux entreprises.

Quelques conseils avant de choisir une app de messagerie

Avant d’utiliser une application de messagerie, mieux vaut se pencher sur les conditions d’utilisation. Certaines applications sont plus intrusives que d’autres. "Il faut attentif aux droits qu’elle se donne, notamment d’accès à des données. Bien sûr, n’importe quelle application de messagerie va se donner des droits d’accès aux contacts, mais ça peut être parfois beaucoup plus large. Il faut éviter une intrusion et des autorisations trop larges", conseille Olivier Bogaert, expert à la Computer Crime Unit.

Par exemple, certaines applications pourront avoir accès aux sauvegardes effectuées sur le cloud qui est associé au téléphone utilisé et à son système d’exploitation. "Là, la particularité, c’est qu’avec une application comme WhatsApp, si je fais des sauvegardes comme celles-là, les données stockées dans le cloud ne sont plus cryptées, elles sont en clair", souligne Olivier Bogaert.

Certaines applications peuvent se donner le droit d’accéder au micro quand on lance des appels. "Grâce au micro activé, elles vont utiliser des mots-clés prononcés dans nos conversations et suggérer des contenus en termes de marketing", avertit Olivier Bogaert.

Il convient donc d’être attentif pour éviter que des données ne puissent être collectées par l’application de messagerie qu’on utilise, si l’on ne le souhaite pas.

Si de nombreux utilisateurs décident d’abandonner WhatsApp, de nouvelles applications concurrentes verront probablement le jour. Avant d’envisager de les utiliser, il vaut mieux attendre et prendre le temps de se documenter. Prendre le temps aussi que des spécialistes les examinent pour en repérer les éventuelles failles, en dégager les avantages et les inconvénients.

Ensuite, l’utilisateur pourra faire son choix en connaissance de cause, en fonction de son profil et de l’intérêt qu’il a à protéger ses données.

Par après, il faudra convaincre ses "amis" pour qu’ils rejoignent la nouvelle application de messagerie choisie, en les informant que, par mesure de sécurité, on préfère abandonner une application et passer à une autre.

Reportage dans notre journal télévisé de ce vendredi 14 mai :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK