Siegfried Bracke (N-VA): "Le confédéralisme est un système tout à fait gentil, et solidaire"

Siegfried Bracke (N-VA), président de la Chambre
Siegfried Bracke (N-VA), président de la Chambre - © RTBF

Le président de la Chambre Sigfried Bracke (N-VA) n'est pas à l'aise avec certains aspects de la Fête nationale du 21 juillet. Interrogé sur La Première, il explique qu'il ne participe pas au Te Deum: "Je n'aime pas le mix entre l'État et la religion. Mais pour le reste je serai le matin au palais d'Egmont, avec 400 hommes et femmes, belges et étrangers, qui viennent nous fêter. Et je serai au défilé militaire, bien sûr. Ce n'est pas qu'une question de protocole, il faut aussi respecter les institutions. Aussi longtemps qu'on vit dans un système avec le Roi comme chef de l'État, il faut respecter cela. Tout le monde sait que je suis républicain de conviction, mais aussi longtemps qu'on n'a pas changé la Constitution dans le sens républicain, il faut respecter ce système".

"Le roi Philippe fait son travail comme il faut"

Changer la Constitution dans un sens républicain "n'est pas une priorité absolue" pour la N-VA, insiste Sigfried Bracke et "il faut avoir une majorité assez large pour changer de système, et cette majorité n'est pas là". Selon lui, "le chef de l'État doit être élu, c'est ça la modernité. Et je dois dire que le roi Philippe fait son travail comme il faut. Être roi c'est un métier. Il faut quelques temps pour apprendre son métier, et c'est ce qu'il a fait".

Le programme communautaire de la N-VA, qui sera relancé lors des prochains scrutins, n'est pas séparatiste, insiste Sigfried Bracke : "Ce que nous proposons, c'est un système confédéral pour la Belgique. Nous proposons une logique tout-à-fait constructive, à mon avis : tout scinder, et puis voir ce qu'on fait ensemble. Pour réaliser ce volet important de notre programme, il faut avoir une majorité, qui n'était pas le cas en 2014". En 2019, "il se peut qu'on ait un résultat de vote avec lequel le confédéralisme peut être une solution qui respecte les deux côtés du pays. Et qu'on doit constater qu'il n'y a pas d'autre solution".

"Le confédéralisme, un système gentil et solidaire"

"Le confédéralisme est un système qui est tout à fait gentil, qui est solidaire. C'est un système qui est au profit de tout le monde. Et on aura un État qui est beaucoup mieux géré que maintenant. Le système actuel est complexe et coûte beaucoup d'argent : 3% du PNB, c'est 13 à 14 milliards d'euros par an", poursuit-il. "On ne va pas organiser la pauvreté du Sud du pays."

"Il ne faut pas mixer football et politique"

Que pense Sigfried Bracke des nombreux drapeaux belges qui sont apparus lors de la Coupe du Monde de football? "Moi aussi je suis supporter des Diables Rouges, cela ne me gêne pas. J'avoue qu'il y a des membres de la N-VA qui ont des difficultés avec cela. Il ne faut pas mixer le football, un sport et un jeu, avec la politique ou les choses de l'État."

 

Sujet de notre JT 13h:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK