Sherin Khankan, femme et imam: "Je veux inspirer les autres femmes musulmanes"

Il faut bien le dire: elles ne sont pas encore très nombreuses. Les femmes imams ne sont aujourd'hui encore qu'une poignée dans le monde. Exceptionnellement, deux d'entre elles sont en ce moment en Belgique. Elles participent au deuxième festival "Religion dans la cité" ces 22 et 23 février à Flagey.

Parmi elles, Sherin Khankan, la première femme imam de Scandinavie. Calme, posée, elle nous explique comment son aventure a commencé, en 2017, à Copenhague. Elle est partie d'un constat : les femmes, qui représentent la moitié de la population mondiale, n'ont toujours pas les mêmes droits que les hommes. Dans l'islam notamment, où l'accès aux mosquées reste limité pour la gente féminine. Or, dit-elle, "la mosquée n'est pas qu'un lieu de culte. C'est aussi un lieu de savoir, de connaissance, de sagesse. Et je pense qu'il est temps d'offrir les mêmes possibilités aux femmes qu'aux hommes. Ce n'est pas une question de genre, c'est une question de connaissance. Celui qui a des connaissances devrait pouvoir diffuser le message de l'islam."

Elle a donc créé la première mosquée 100% féminine d'Europe. Dans la mosquée Mariam, les femmes retrouvent une partie des droits que l'islam a tendance à leur nier. "Nous avons par exemple un nouveau contrat de mariage islamique, qui donne le droit aux femmes de divorcer. C'est un droit fondamental qu'elles n'ont pas dans nos sociétés aujourd'hui encore. Nous avons aussi autorisé les femmes à devenir imams, à se marier avec une personne qui n'a pas la même religion, ce sont quelques-uns des plus gros obstacles qui leur sont encore imposés aujourd'hui", explique-t-elle.

"C'est un phénomène qui prend de l'ampleur"

Depuis 2017, elle transmet tous les vendredis son message dans la capitale danoise... et bien au-delà. Et elle espère que d'autres femmes s'inspireront de son expérience pour se lancer à leur tour. "Bien sûr que je veux inspirer d'autres femmes, tout comme d'autres femmes m'ont inspirée. Si une femme voit une autre femme prêcher, elle va se dire qu'elle pourrait aussi le faire! Je suis convaincue que ce phénomène prend de l'ampleur. Nous vivons dans un monde connecté. Mes prêches sont diffusés dans le monde entier!" Sherin Khankan précise cependant que ce n'est pas un phénomène tout à fait nouveau. "D'un point de vue historique, ce n'est pas un phénomène nouveau. Il y a eu des femmes imams en Chine depuis les années 1820. Et ça arrive au Canada, en Allemagne ou au Royaume-Uni".

Une remise en question de la structure et des lectures patriarcales des institutions religieuses, c'est ce que Sherin Khankan préconise. Et du progressisme. Voire de la mixité. "Chez moi, les hommes sont les bienvenus, et mon rêve à l'avenir c'est d'avoir une mosquée où l'on aurait des imams hommes et femmes, pour qu'il y ait une alternance chaque semaine. Mais pour le moment, on a décidé de créer un espace magique dédié aux femmes uniquement, où elles peuvent mener le prêche".

La stratégie du soutien

Ce discours ne plaît pas à tout le monde. Mais Sherin Khankan n'en a cure. Elle refuse en tout cas d'en parler. Au nom de sa stratégie. "J'ai une stratégie très claire. Je me concentre sur tout le soutien que je reçois, et on en reçoit beaucoup! Pas seulement au Danemark mais aussi de musulmans du monde entier. Vous savez, je raconte toujours cette histoire d'un grand imam venu de la troisième plus grande mosquée au monde, en Indonésie. Il est venu prier dans notre mosquée, il l'a bénie et il a dit que les femmes imams étaient l'avenir de l'islam. Quand vous racontez que quelqu'un comme cela vous soutient, il devient plus légitime de nous soutenir. Si vous racontez les menaces, il devient plus légitime de nous menacer..."

Détentrice d’un Master en sociologie des religions et de philosophie de l’Université de Copenhague ainsi qu’en arabisme de l’Université de Damas, Sherin Khankan veut participer à la construction d’un islam plus moderne et progressiste. Elle a aussi fondé en 2001 l'Association des musulmans critiques, qui propose une relecture du Coran en adéquation avec nos sociétés actuelles. Cet après-midi, ils étaient nombreux à venir l'écouter...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK