Service minimum en cas de grève: le test est réussi, selon la SNCB

Assistance lors de la grève
Assistance lors de la grève - © BENOIT DOPPAGNE - BELGA

Le service minimum sur le rail, mis en œuvre pour la première fois la semaine dernière à l'occasion de la grève de 48h de la CGSP-Cheminots, a vécu son baptême du feu de manière satisfaisante, selon la SNCB. "Cela reste une solution d'urgence, mais les trains que nous avions annoncés ont effectivement circulé", s'y félicite-t-on. "C'est bien plus clair pour les passagers".

Dans le cadre de l'activation du service minimum, les travailleurs du rail devaient signaler à l'avance leur volonté de travailler ou non lors de la grève annoncée par le syndicat socialiste. Une offre de transports adaptée a alors été composée en fonction du personnel disponible, qui a été rendue publique la veille du début de l'action syndicale. Concrètement, environ un train sur trois circulait le vendredi 29 juin, et samedi une moitié de l'offre normale.µ

"Le service minimum peut fonctionner"

Pour l'association flamande des usagers des transports publics TreinTramBus, le service minimum est clairement un plus. "L'exercice a été, selon nous, plutôt un succès. Le service minimum peut donc fonctionner, contrairement à tout ce que l'on racontait précédemment sur la sécurité et les affirmations selon lesquelles les gens devraient se battre pour une place à bord", estime le président Stefan Stynen.

"Le bilan global est positif, même si il y a toujours des choses que nous pouvons affiner, aussi bien en interne qu'en externe", indique Bart Crols, porte-parole néerlandophone de la SNCB.

Infrabel, gestionnaire de l'infrastructure, est tout aussi satisfait. "Les cabines de signalisation étaient à 100% opérationnelles et nous avons pu anticiper pour garder nos clients, les compagnies ferroviaires, informés en permanence. La sécurité a également été respectée: il n'y avait pas de grévistes sur les voies, ni de blocage des accès aux cabines de signalisation", explique Frédéric Petit.

Quant aux prochaines grèves annoncées, HR Rail signale lundi que le préavis du Syndicat indépendant pour cheminots (SIC), pour les 10-11 juillet, a été accepté. Une réunion de concertation doit avoir lieu mardi. Celui du Syndicat autonome des conducteurs de train (SACT) est encore examiné. Ces deux organisations protestent contre les dernières propositions de revalorisation du métier de conducteur de trains à la SNCB.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK