Sécurité sociale: la FEB veut un statut unique pour les salariés, fonctionnaires et indépendants

Le CEO de la FEB Pieter Timmermans
Le CEO de la FEB Pieter Timmermans - © THIERRY ROGE - BELGA

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) plaide, dans son magazine Reflect, pour une simplification du modèle de sécurité sociale. Le patronat rêve ainsi d'un statut unique harmonisé pour les salariés, fonctionnaires et indépendants, considérant qu'un "équilibre équitable entre solidarité et assurance est crucial".

Selon la FEB, le modèle actuel manque de transparence et il faut en augmenter la simplicité et l'efficacité. "Nous devons oser évoluer vers un statut unique harmonisé pour les salariés, les fonctionnaires et les indépendants. Il faut démanteler les exceptions. Faut-il vraiment des règles spécifiques pour les footballeurs ?", se demande la fédération.

Le mode d'activation le plus efficace reste la limitation des allocations de chômage dans le temps

Le taux d'emploi (69,7%) est trop faible et les dépenses trop élevées, estime encore le patronat, qui souligne qu'une sécurité sociale performante doit stimuler le "travail" qui doit toujours être plus avantageux que "l'inactivité". "Le mode d'activation le plus efficace reste la limitation des allocations de chômage dans le temps. Ainsi, la sécurité sociale fédérale peut prendre les allocations en charge pendant deux ans. C'est ensuite aux régions de mener leur propre politique de suivi et d'accompagnement pour les chômeurs de longue durée", avance comme solution la fédération.

Enfin, le régime des pensions est également dans le viseur de la FEB. "Le ratio de remplacement (c'est-à-dire le rapport entre la pension nette et le salaire net gagné par le travail) est particulièrement faible: 50,1%. C'est précisément pour cette raison que la pension complémentaire d'entreprise ou l'épargne-pension individuelle sont tellement importantes", souligne le texte de la fédération.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK