Autorisée en Belgique, l'oreillette au volant sera interdite en France

Le Belge particulièrement agacé par les excès de vitesse
Le Belge particulièrement agacé par les excès de vitesse - © Belga

Il y a eu davantage de décès sur les routes françaises en 2014. Avec 3388 tués, soit 120 de plus qu’en 2013, l’augmentation est de 3,7%. Ces chiffres poussent la France à réagir. Des mesures viennent d’être annoncées dont l’interdiction des oreillettes pour téléphoner en voiture ou encore une intransigeance plus grande pour les jeunes en matière d’alcoolémie. Ces dispositions vont plus loin que ce qui se fait actuellement en Belgique.

Utiliser l’oreillette pour téléphoner en conduisant, avec les mains bien posées sur le volant : cette attitude est généralement considérée comme plutôt prudente en Belgique. En France par contre, un tel comportement est désormais banni. La mesure a été annoncée par le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. "Sur la recommandation du Conseil national de la Sécurité routière, j’ai ainsi décidé, sur le modèle de l’interdiction du téléphone tenu en main, d’interdire l’usage au volant de tous les systèmes nécessitant des écouteurs, des oreillettes ou des casques. "

Selon l’Institut Belge pour la Sécurité Routière (IBSR), cette mesure française a du sens car la conversation téléphonique représente toujours une distraction. Idéalement, il ne faudrait donc jamais téléphoner au volant, même en main libre. Cependant, le porte-parole de l’IBSR, Benoit Godart est d’avis de " faire d’abord respecter la loi telle qu’elle existe actuellement car on sait qu’il y a encore beaucoup de gens qui écrivent des SMS au volant ou qui téléphonent sans kit main libre. La solution française est peut-être à envisager chez nous mais ce n’est pas à l’ordre du jour pour l’instant ".

Cet automne, des états généraux de la sécurité routière auront lieu en Belgique afin de voir comment atteindre l’objectif fixé à l’horizon 2020, soit moins de 420 décès par an sur nos routes alors qu’on a recensé plus de 700 tués en 2013 (les chiffres 2014 ne sont pas encore disponibles).

Les causes de l’insécurité sont similaires

En France et en Belgique, les causes de l’insécurité sont similaires et clairement identifiées. Il s’agit de la vitesse excessive, de l’alcool, du non port de la ceinture et de l’inattention. Les maux sont identiques mais les remèdes diffèrent quelque peu. En matière d’alcoolémie, voici la mesure présentée par Bernard Cazeneuve : " S’agissant de la lutte contre l’alcool au volant, sujet important, nous allons abaisser le taux légal d’alcoolémie de 0,5 g/l (gramme par litre de sang) à 0,2 g/l pour tous les conducteurs novices, ceux qui viennent de passer le permis et ceux amenés à le repasser. "

L’IBSR est favorable à l’abaissement du taux d’alcoolémie autorisé pour les jeunes conducteurs. La France a présenté 26 nouvelles mesures au total. Elles ne seront pas toutes sources d’inspiration ou de débat en Belgique. Ainsi, l’interdiction de stationnement devant les passages pour piéton existe depuis longtemps chez nous.

Le Belge particulièrement agacé par les excès de vitesse

Rouler trop vite, ne pas utiliser correctement les feux de direction et suivre de trop près; voilà les trois attitudes qui agacent le plus le Belge sur la route, révèle une étude du club automobile VAB menée auprès de 2000 Belges.

Pour 74% des personnes interrogées, la vitesse excessive est le désagrément par excellence sur la route. La mauvaise utilisation des feux de direction (72%) vient ensuite, suivie d'une conduite trop rapprochée (62%). Le top 5 des irritations est complété par les accélérations à l'approche d'un feu orange (58%) et le fait de ne pas marquer l'arrêt au passage pour piétons (57%).

Les plus problématiques pour la VAB restent tout de même la vitesse excessive et la conduite trop rapprochée, qui sont les "causes principales des accidents sur l'autoroute". Le club rappelle qu'à 120 km/h, la distance de sécurité est d'au moins 60 mètres.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK