René Collin sollicite l'avis de l'IRM sur le caractère exceptionnel de la sécheresse

La Wallonie est compétente depuis le 1er juin 2017 en matière de calamités agricoles.
La Wallonie est compétente depuis le 1er juin 2017 en matière de calamités agricoles. - © STEPHANIE DEMASURE - BELGA

Le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin, a sollicité l'avis de l'Institut royal météorologique (IRM) pour déterminer si la sécheresse subie en Wallonie depuis plusieurs semaines revêt ou non un caractère exceptionnel.

"Cette objectivation sur une période de retour supérieure à 20 ans permettra de déterminer le caractère exceptionnel ou non de la période de chaleur que la région traverse. Il s'agit de la première condition à respecter pour la reconnaissance d'un événement climatique comme calamité agricole", explique le ministre dans un communiqué.

Outre cette reconnaissance par l'IRM, des conditions économiques devront également être rencontrées sur base des procès-verbaux des commissions communales de constat des dégâts aux cultures. "Les dégâts globaux doivent dépasser 1,25 million d'euros; les dégâts moyens doivent atteindre 5500 euros par dossier; l'intensité des dégâts doit atteindre au moins 30% de la production normale", rappelle encore le ministre qui invite, à nouveau, les communes à mettre en place leur commission communale de constat et les agriculteurs à transmettre leur dossier.

La Wallonie est compétente depuis le 1er juin 2017 en matière de calamités agricoles. Le transfert de compétences a donné lieu à une simplification de la procédure pour permettre des indemnisations accélérées.

En outre, la Wallonie consacre plus de 25 millions d'euros par an à la recherche agricole dans le contexte du réchauffement climatique. Cette réalité est dorénavant intégrée dans tous les travaux en cours afin d'augmenter encore l'efficacité des pratiques agricoles en anticipant et en atténuant les effets du changement climatique, souligne encore René Collin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK