Sciensano: "notre première préoccupation n'était pas de faire un beau site internet en open data"

CQFD, ce qui fait débat, en mode grand entretien : 25 minutes quotidiennes avec un spécialiste, pour vous aider à mieux comprendre/vivre la crise du coronavirus, mais aussi pour vous permettre de poser VOS questions (via l’adresse mail cqfdrtbf@rtbf.be). Notre invité, ce mercredi: Christian Léonard, directeur général de Sciensano.

Nous ne voulions pas mettre en open data des données non valides

Les Académies royales de Belgique ont récemment manifesté leur inquiétude au sujet de la gestion de la crise sanitaire par l'institut de santé publique, jugeant ses décisions "arbitraires et opaques". Christian Léonard ne souhaite pas y réagir, pointant un communiqué "insignifiant et inexact" quant à ce que fait ou ne fait pas l'institution. "Sciensano mène surtout des activités peu connues", explique son directeur, "avec personnes qui travaillent dans l'ombre: on valide des tests, on s'assure de la qualité des médicaments soignant les patients, on formule des guidelines pour les laboratoires, nous faisons aussi des tests et des études [...]".

"La première mission de Sciensano est de fournir des données aux autorités publiques pour décider. Mais notre première préoccupation n'était pas de faire un beau site internet en open data", précise Christian Léonard au sujet de cette critique largement émise en début d'épidémie. "Nous ne voulions pas mettre en open data des données qui n'étaient pas valides selon nous, ce qui a pris une quinzaine de jours. Jeter les données en pâture n'aurait pas été responsable".

Nous manquions de 45 personnes 

"La tâche a été rude", ajoute-t-il, "j'ai estimé récemment que nous manquions de 45 personnes dans ce service, pour compenser les milliers d'heures supplémentaires que prestent mes collaborateurs pour le moment". Alors ne fallait-il pas appeler à l'aide, alors que la communauté scientifique s'est largement montrée disponible? "Établir une base de données ne se fait pas en 24h", répond Christian Léonard, "il faut imaginer le réseau à mettre en place et consolider, avec des recherches de terrain parfois conséquentes".

Sciensano conseille mais ne décide pas 

Le directeur de Sciensano tient aussi à rappeler le rôle de l'institution: "Elle conseille mais ne décide pas [...] Nous coordonnons le Risk Assessment Group (RAG), qui est constitué de membres permanents hors Sciensano et qui invite aussi des scientifiques extérieurs. Je ne veux pas ne pas reconnaître notre rôle mais ce que nous publions sur notre site, ce sont les décisions de ce RAG".

Concernant la banque de données permettant le traçage de la population et dont Sciensano sera le gestionnaire, Christian Léonard insiste enfin sur la finalité de la mesure et la proportionnalité de ses moyens. 

On est déjà fiché à l'INAMI, dans les mutualités, dans les hôpitaux

CQFD, Ce Qui Fait Débat, chaque jour à 18h20 sur La Première et à 20h45 sur La Trois. L'entièreté de l'émission ci-dessous: