Schild & Vrienden: un député de la N-VA s'en prend à ces "rats de journalistes"

Schild & Vrienden: un député de la N-VA s'en prend à ces "rats de journalistes"
2 images
Schild & Vrienden: un député de la N-VA s'en prend à ces "rats de journalistes" - © JONAS ROOSENS - BELGA

La polémique autour du groupe d'extrême-droite Schild & Vrienden a pris un autre tour ce jeudi. Un député fédéral de la N-VA, l'Anversois Rob Van de Velde, s'en est pris à la presse. Dans un article sur sa page Facebook, il a dénoncé le travail de ces "rats de journalistes".

Sans faire référence au moindre article, Rob Van de Velde accuse la presse de ne pas traiter de manière égale la radicalisation des jeunes musulmans et celle des jeunes de Schild & Vrienden. "Vous souvenez-vous qu'il y a quelques années, la radicalisation de la jeunesse musulmane était presque votre faute et la mienne ?", écrit-il. 

Aucune radicalisation ne peut être justifiée

Selon lui, les "rats de journalistes" refuseraient d'admettre que la radicalisation des membres de Schild & Vrienden est une "réplique" à la radicalisation islamiste. "Ni l'une ni l'autre ne peut être justifié, ajoute-t-il. Mais toutes les deux sont issus de la même société sans colonne vertébrale, qui ne se respecte plus et qui propage des liens politiques et médiatiques." La réaction de plusieurs journalistes flamands n'a pas tardé. Comme avatar sur Twitter, ils ont choisi... un rat.

Un type d'attaques propre aux partis liberticides

La députée fédérale Karine Lalieux (PS) a réagi aux propos de Rob Van de Velde, en appelant au "réveil des démocrates" ."Quand on s'attaque aux journalistes, c'est la liberté d'expression, l'accès à la vérité, la démocratie qui est en jeu, comme en Hongrie. Ce type d'attaques est le propre des partis liberticides", a-t-elle commenté.

"Les masques tombent", a estimé la députée-échevine de Bruxelles après ces propos qu'elle a qualifiés de "choquants" et "indignes". Selon elle, il s'agit d'un "appel à la haine, d'un appel à la violence car les rats, on les élimine, parce qu'ils sont nuisibles pour la société".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK