Le député fédéral Vlaams Belang Dries Van Langenhove (Schild en Vrienden) inculpé pour racisme et négationnisme

Un juge d'instruction de Gand a auditionné ce lundi Dries Van Langenhove dans le cadre de l'enquête sur les agissements de son association Schild en Vrienden, mise en lumière par un reportage "Pano" de la télévision publique flamand en septembre dernier. Le nouvel élu à la Chambre - qui doit prêter serment jeudi en tant que député fédéral après son élection le 26 mai sur la liste Vlaams Belang du Brabant flamand - a été interpelé dans la matinée à son domicile, entendu et inculpé pour violations de la loi sur le racisme, la loi sur les armes et la loi sur le négationnisme. Avant d'être libéré sous conditions. L'une des conditions étant une visite obligatoire et accompagnée à la Caserne Dossin de Malines, centre de transit pour la déportation de nombreux Juifs de Belgique devenu mémorial et musée de la Déportation. Ce que confirme son avocat, Johan Platteau. Il ne peut pas communiquer sur l'affaire et s'est dit prêt à une telle visite. Dries Van Langenhove continue par contre à nier tout ce qu'on lui reproche.

Selon le parquet de Flandre orientale, l'immunité parlementaire ne peut être invoquée dans cette enquête, celle-ci ayant été lancée lorsque Dries Van Langenhove était encore un "simple citoyen".

L'enquête a déjà entraîné une série de perquisitions chez des sympathisants du mouvement incriminé, avec saisie de matériel informatique et d'appareils photos, notamment chez Dries Van Langenhoven, mais ce dernier n'avait jusqu'à présent pas été interrogé.


►►► À lire aussi : Schild & Vrienden:"J'ai été estomaqué par leur haine profonde envers tout ce qui est différent d'eux"


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK