Scandale VW: le gouvernement wallon va tester 100 voitures de toutes marques

Le gouvernement wallon veut vérifier si certaines voitures sont aussi "vertes" que le prétendent les constructeurs
Le gouvernement wallon veut vérifier si certaines voitures sont aussi "vertes" que le prétendent les constructeurs - © Jonas Hamers / ImageGlobe - BELGAIMAGE

Une centaine de voitures de toutes marques passeront au banc d’essai dès la semaine prochaine en Wallonie. Annonce faite ce 2 octobre par le ministre régional de l’Environnement, Carlo Di Antonio (cdH). C’est évidemment une suite du scandale Volkswagen, et du logiciel qui faussait les tests officiels.

Mais que sait-on exactement des contrôles annoncés ? A vrai dire, à ce stade, on connait peu de choses du projet de Carlo Di Antonio.

On sait que la volonté est de mesurer les émissions réelles de gaz polluants sur des Volkswagen bien sûr, puisque c’est ce constructeur qui est au cœur du scandale, mais également sur des véhicules diesel d’autres marques qui pourraient aussi (c’est à vérifier) avoir falsifié les performances "écologiques" de leurs moteurs.

Beaucoup de questions

On sait donc aussi que le ministre wallon de l’Environnement veut tester 100 voitures et qu’il compte sur l'expertise du CTA (Centre de technologie avancée) de Mons, un centre de formation récent qui dispose d’un banc d’essai performant.

Pour le reste, comment seront choisis les véhicules en question ? Combien par marques, de quel âge et avec quel kilométrage au compteur ? Comment seront contactés les propriétaires ? Le test sera-t-il obligatoire ? Sera-t-il agréé et dès lors une preuve à charge, le cas échéant, contre d’éventuels constructeurs peu scrupuleux ? Mystère…

En fait, dans l'effervescence du scandale VW, le ministre Di Antonio a fait une sortie prématurée dans la presse, forçant son cabinet à établir, dans l’urgence, une méthodologie de travail dont on attend à présent les détails.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK