Saut d'index: il n'y aura ni auditions, ni avis du Conseil du travail

La Commission a commencé l'examen du projet de loi, déposé en urgence, qui contient diverses mesures de "promotion de l'emploi", dont le saut d'index. Près de deux heures après le début de la séance, les députés ne sont pas encore entrés dans le vif du sujet. La discussion tourne autour de questions de procédure et d'organisation des travaux.

Devant l'importance du projet et ses conséquences sur la population, l'opposition a réclamé des auditions et l'avis du CNT qui réunit les partenaires sociaux. Pour justifier l'absence d'avis du CNT, le ministre de l'Emploi, Kris Peeters, a invoqué l'urgence.

L'indice-pivot pourrait être dépassé dès le mois d'avril dans certains secteurs et dès lors une inégalité pourrait se créer entre les travailleurs qui bénéficieraient tout de même d'une indexation de leur salaire, et d'autres dont le salaire ne serait pas indexé.

Si l'on en croit l'exposé des motifs, le gouvernement souhaite que le projet de loi entre en vigueur d'ici au 29 mars.

Pour rappel, à part la N-VA, aucun des partis du gouvernement Michel n'avait prévu le saut d'index dans son programme.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK