Sans-papiers : si un gréviste de la faim décède, "les ministres et secrétaires d’Etat PS remettraient leur démission dans l’heure", annonce Pierre-Yves Dermagne

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Economie et du Travail Pierre-Yves Dermagne (PS) a informé le Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld) et les autres vice-Premiers que les membres socialistes du gouvernement démissionneront "dans l’heure" si un des grévistes de la faim décède. Il l’a aussi indiqué au bureau de parti qui se tenait en matinée, écrit Le Soir lundi. Pierre-Yves Dermagne, Karine Lalieux (Pensions), Ludivine Dedonder (Défense), et le secrétaire d’Etat Thomas Dermine feraient donc vaciller l’exécutif.

L’état de santé des sans papiers est en effet en train de détériorer. Médecins du monde lance l’alerte : 300 grévistes n’ont plus que quelques jours de survie, à cause de la grève de la faim et de la soif. Hier soir, vers 23 heures, le gouvernement a envoyé 15 ambulances.

Mohammed, gréviste, témoigne : "Après quelques jours de grève de la faim et de la soif, ils deviennent nerveux. Hier, dès qu’on a vu rentrer autant de médecins, il y a eu beaucoup de stress". Les grévistes ont commencé à crier : le calme était de retour seulement vers 2 heures du matin. Et pourtant, aucun des 476 grévistes n’a accepté de suivre la Croix Rouge pour se faire hospitaliser. Pour Michel Genet, directeur de Médecins du Monde Belgique, la tension monte "On espère que rien ne se passera dans les heures qui viennent".

L’enjeu, toutefois est de taille : "Ces gens demandent un droit élémentaire : ils ne cherchent ni l’assistanat, ni le rêve américain. Ils veulent juste une carte séjour pour pouvoir travailler dans la légalité et la dignité" explique Ahmed, porte-parole des grévistes.

Dimanche, les présidents du PS et d’Ecolo avaient interpellé via Twitter le Premier ministre pour lui demander d’intervenir dans le dossier, pour éviter un "drame imminent".

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK